Ariane 6 : l’Europe lance enfin le programme !

Ariane-6Geneviève Fioraso, Secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche a emporté la partie. La conférence ministérielle de l’agence spatiale européenne vient de rendre sa décision : le programme Ariane 6 est officiellement lancé.
Les ministres des Etats membres de l’Agence spatiale européenne (ESA) se sont prononcés : la première Ariane 6 pourrait décoller à l’horizon 2020. La position française l’a emporté sur celle de l’Allemagne qui penchait pour une simple évolution d’Ariane pour faire face à l’ogre Elon Musk.

Le secteur privé américain a bousculé la vieille Europe

Aiguillonné par la concurrence de l’américain SpaceX, l’Europe spatiale bouge enfin. Le projet est officiellement lancé et Ariane 6 volera dans 6 ans. Ariane 5, trop lourde, ne parvenait plus à rivaliser avec les coûts pratiqués par Elon Musk.

Infographie-Ariane-6

Ariane 6 sera lancée en 2 versions. La première, capable de lancer 5 tonnes en orbite géostationnaire pèsera 500 tonnes, contre 800 tonnes pour la version lourde, équipées de 4 boosters et capable de livrer 10,5 tonnes en orbite.

L’Europe devait affûter son offre sous peine de voir ses parts de marché s’effondrer sur le marché des lancements de satellites civils. En 2012, la France et l’Allemagne semblaient s’être mises d’accord sur le lancement d’Ariane 6 lors du sommet de Naples, mais depuis l’Allemagne avait remis en cause sa position, penchant plutôt pour une simple évolution d’Ariane 5, plutôt que de se lancer dans un nouveau programme plus coûteux et plus risqué d’un point de vue industriel.

Brigitte Zypries, coordinatrice du programme spatial allemand déclarait lors de sa nomination en février dernier : « Il n’a pas été prouvé que Ariane 6 soit le meilleur moyen de sécuriser l’accès de l’espace au coût le plus faible. »

Ariane 6 va devoir faire face aux fusées Falcon 9 et Falcon Heavy de Space X.

Ariane 6 va devoir faire face aux fusées Falcon 9 et Falcon Heavy de Space X.

Face à Geneviève Fioraso pour la France et Maria Chiara Carrozza pour Italie, toutes deux acquises au projet Ariane 6 et accessoirement poussées par Airbus et Safran, alliés sur le projet et regroupés dans une joint venture créée pour l’occasion, Airbus Safran Launchers, l’allemande a assoupli sa position et renoncé à une Ariane 5ME de transition.
Ariane 6 verra donc bien le jour et pourrait s’envoler à l’horizon 2020/2021 si tout se passe bien. Le fait que la France ait dépassé l’Allemagne en tant que premier contributeur de l’ESA a sans doute pesé dans la balance, de même que les contreparties dont l’OHB, le champion du spatial allemand, bénéficiera ces prochaines années.

Sources :
« La France ne pouvait pas faire Ariane 6 sans les Allemands » (Geneviève Fioraso) », La Tribune, 2 décembre 2014
« Ariane 6 met sur orbite une nouvelle Europe spatiale », L’Usine Nouvelle, 2 décembre 2014
« Ariane 6 : l’Europe à la veille d’une décision historique », LesEchos, 30 novembre 2014
« Allemagne: Brigitte Zypries, coodinatrice pour l’aérospatiale », Air&Cosmos, 10 février 2014
« SpaceX Challenge Has Arianespace Rethinking Pricing Policies », SpaceNews, 25 novembre 2013

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Aéronautique, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.