Aurora Flight Sciences veut remplacer le copilote par un robot

Y aura-t-il bientôt plus qu’un seul pilote dans le cockpit des vols commerciaux ? C’est en tout cas ce que prépare l’américain Aurora Flight Sciences. « C’est comme avoir un co-pilote ayant 600 000 heures de vol à ses côtés », c’est ainsi que John Langford, PDG d’Aurora Flight Sciences résume le projet de la machine A1. Ce spécialiste des drones, contractant de la DARPA, propose d’embarquer une intelligence artificielle afin d’assister le pilote. On se souvient que l’informatique embarquée avait entraîné la disparition des mécaniciens navigants du cockpit des Airbus A320 dans les années 80. L’IA va peut-être bien avoir raison du copilote avant que les passagers n’acceptent finalement de voyager dans des drones sans pilote.

Les tests d’un robot ont déjà commencés. A quand dans les avions de ligne ?

alias-2

Le robot ALIAS, déjà testé sur plusieurs types d’appareils, préfigure peut-être le copilote de demain.

Pour John Langford, les avantages du robot sur l’homme pour le remplacer dans le siège droit d’un cockpit d’avion de ligne sont nombreux. Jamais fatigué, jamais distrait, le robot permet d’éliminer ce que l’on nomme l’erreur humaine du pilotage. En théorie toutefois puisque comme l’humain, celui-ci sera soumis au défaillances techniques de l’avion et de ses instruments. Néanmoins, le fondateur d’Aurora Flight Sciences a de solides arguments pour défendre son approche. Evidemment, son IA pourra bénéficier d’heures de vol d’apprentissage qu’aucun humain ne pourra jamais accumuler dans sa carrière. En outre, celle-ci disposera d’algorithmes prédictifs pour anticiper les évolutions de la météo. Dans le cadre du projet ALIAS Dans le cadre du programme de recherche Aircrew Labor In-Cockpit Automation System (ALIAS) de la DARPA, l’américain a déjà installé avec succès un robot dans le cockpit d’un petit bimoteur Diamond DA-42, puis d’un Cessna Caravan. Le programme prévoit de tester le dispositif dans un hélicoptère de type Bel UH-1. Avec son projet A1, john Langford évoque déjà la prochaine étape, c’est à dire remplacer le copilote d’avion de ligne. Il assure que son robot pourra assurer le décollage et l’atterrissage d’un appareil de manière totalement autonome. Nul doute qu’une telle innovation va trouver écho auprès des dirigeants des compagnies low-cost, toujours à l’affût de nouvelles pistes pour réduire les coûts.

 

Sources :
« Would YOU trust a robot to fly a plane? Airliner tests A1 machine to replace co-pilot », Express, 25 novembre 2016

« DARPA Sees Cockpit Assistance Building Pilots’ Trust In Autonomy », Aviation Week, 18 novembre 2016

« Podcast: Can A Robot Be Your Co-pilot? », Aviation Week, 18 novembre 2016

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Aéronautique, Intelligence artificielle, Robotique, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.