Baidu signe avec Microsoft pour porter sa voiture autonome hors de Chine

Votre première voiture autonome sera-t-elle « Made in China » ? En tout cas Baidu accélère sa stratégie de développement afin de prendre de vitesse Google, Uber, Tesla et Apple. Après avoir publié en Open Source son logiciel de pilotage automatique puis signé une cinquantaine de contrats de partenariat pour étendre ses fonctionnalités, Baidu vient officiellement de s’allier à Microsoft. La plateforme Cloud Computing de l’américain assurera le fonctionnement des futures voitures autonomes sous Apollo hors de Chine.

Baidu a mis le turbo dans son projet de voiture autonome

Wu Xue-bin, vice-président de Baidu présentait le projet Apollo lors de la conférence d’ouverture du China Automotive Forum à Shanghai, le 14 mai 2017.

Alors que Google teste des voitures autonomes depuis 2010, que les constructeurs de tous pays mènent avec leurs équipementiers des expérimentations tous azimuts, un nouvel acteur est en train d’émerger, c’est le chinois Baidu, le « Google chinois ». Le projet de voiture autonome est apparu au grand jour en 2015 mais c’est dès 2013 que les ingénieurs en intelligence artificielle chinois ont démarré leurs études. Depuis, divers véhicules équipés du logiciel chinois ont été lancé à la conquête des routes chinoises puis américaines. Soucieux d’accélérer encore les développement, Robin Lin, le fondateur de Baidu a fait le choix d’ouvrir sa technologie en publiant ses codes sources sur Github, sous licence Open Source. En parallèle, Baidu s’est livré à une stratégie de main tendue à destination de l’industrie automobile chinoise, mais aussi occidentale et en particulier allemande.

Une cinquantaine de partenaires derrière Baidu, tant asiatiques qu’occidentaux

Le 1er juin 2017, Lu Qi, vice-président de Baidu et Dirk Hoheisel, membre du conseil d’administration du groupe Bosch signait un protocole d’accord sous le regard d’Angela Merkel et du Premier ministre chinois Li Keqiang.

Parmi les cinquante partenaires annoncés, les constructeurs automobiles chinois Chery Automobile, FAW Group, Changan et Great Wall, mais aussi Ford et Daimler. Chez les équipementiers, Baidu a attiré dans ses filets Bosch, Continental et ZF. Côté informatique et électronique, le constructeur de LIDAR Velodyne est monté dans la capsule Apollo de même que NVidia qui affirme une nouvelle fois ses ambitions dans le secteur automobile.
Autre partenaire informatique et allié de poids pour Baidu, Microsoft. L’américain va mettre à disposition du chinois son infrastructure Cloud mondiale afin de délivrer les services serveurs nécessaires au fonctionnement d’une flotte de véhicule sous Apollo. Baidu dispose bien de sa propre infrastructure Cloud et dispose d’un centre de recherche dans la Silicon Valley, mais pas de datacenters capables de supporter un tel service en occident. Microsoft va apporter à son partenaire cette nécessaire infrastructure.

Sources :

« Baidu’s Apollo Lifts Off: Microsoft Taking Open-Source Robocar Project Global », Forbes, 18 juillet 2017

« 无人驾驶群战升级,百度揽下博世、大陆两张王牌 », Communiqué Baidu/Apollo, 1 juin 2017

« 百度亮相中国汽车论坛 要与伙伴们合作共赢加速创新 », Communiqué Baidu/Apollo, 16 mai 2017

« Baidu’s Self-Driving Car Has Hit the Road », Wired, 9 décembre 2015

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Automobile, Intelligence artificielle, Logiciel embarqué, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.