Des ballons anti-drones pour protéger les sites sensibles ?

JLENSVerra-t-on un jour des ballons flotter aux dessus de nos centrales nucléaires dans un avenir proche ? Les Etats-Unis suivent en tout cas cette voie avec leur ballon JLENS. Long 74 m, cet aérostat (ballon captif) conçu par Raytheon dispose d’un radar capable de suivre tout ce qui se déplace sur un rayon de près de 550 km, sur 360°. Initialement conçu pour détecter les missiles de croisière pour le NORAD, ce ballon voit aujourd’hui sa mission étendue à la détection des drones. L’armée américiane va ainsi protéger Washington DC d’attaques de type 11 septembre  avec 2 ballons de ce type.

Un ballon pour protéger la Maison Blanche

Lancé au-dessus d’Aberdeen dans le Maryland, le radar du JLENS va couvrir une surface allant de New-York à Norfolk, une étendue géographique qui englobe Washington. Du haut de ses 10.000 pieds, il permettra à l’armée américaine de suivre tout objet se déplaçant à portée de son radar, y compris les drones. L’atout majeur du ballon JLENS, c’est son autonomie qui peut atteindre 30 jours. La solution est donc bien lus économique que de faire voler des AWACS pour assurer une telle permanence au dessus d’un point chaud. Raytheon, qui a vendu la solution à l’armée américaine estime que son ballon remplace les 4 à 5 Awacs nécessaires à cette surveillance 24h/24.

Tcom-12m.-2jpg

Tcom revisite le concept du ballon d’observation de la première guerre mondiale, dotant ses ballons de capteurs performants en lieu et place des observateurs humains.

Clairement, ce JLENS est surdimensionné pour protéger un site aussi restreint qu’une centrale nucléaire. Par contre, Tcom, le constructeur américain d’aérostats a développé toute une gamme de ballons captifs de taille plus modeste, allant de 11 m à 74 m qui ont été déployés sur divers théâtres d’opération de l’armée américaine, notamment en Iraq et en Afghanistan, mais aussi au-dessus de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, ou par l’Italie, lors de la guerre en Bosnie.

Verra-t-on bientôt des ballons anti-drones au-dessus des centrales nucléaires. Thales a présenté lors du dernier salon Eurosatory 2014 un ballon d’observation de 10 m3. Sa charge utile n’atteint que 3 kg et son autonomie ne dépasse pas 10h, ce qui le destine essentiellement à la surveillance de grands événements, mais l’idée est dans l’air.

Sources :

« Eurosatory 2014: a tethered balloon for surveillance missions », Communiqué de presse Thales, 12 juin 2014

« The USA’s RAID Program: Small Systems, Big Surveillance Time », Defence Industry Daily,  15 mai 2014

« Joint Land Attack Cruise Missile Defense Elevated Netted Sensor System (JLENS) », Communiqué du NORAD, 4 décembre 2014

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Aéronautique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.