La robotique va faire baisser le coût du travail de 16% en 10 ans

BCG - RobotiqueLes usages des robots industriels sont sur le point de décoller. C’est l’avis des consultants du Boston Consulting Group qui considèrent que ce marché, qui ne progressait jusqu’à présent qu’au rythme de 2 à 3% par an, va accélérer, pour atteindre environ 10%. Prix en baisse, performances en hausse mais surtout l’arrivée d’une nouvelle génération de robots avancés, plus flexibles, expliquent cette nouvelle vague de robotisation.
Selon eux, cet engouement pour cette robotique 2.0 va permettre aux grands pays exportateurs d’abaisser leurs coûts de productions de manière extrêmement significative. Selon eux, ce sont la Corée du Sud, le Japon, le Canada et les Etats-Unis qui bénéficieront le plus de cette nouvelle révolution industrielle. A contrario, dans cette course à la compétitivité, un certain nombre de pays vont décrocher, à commencer par plusieurs pays européens, dont la France.

Corée du sud et Japon devraient obtenir des gains de productivité spectaculaires

La Corée du Sud semble être le pays qui va le mieux profiter de la robotisation lors de la prochaine décennie. Les consultants du BCG estiment que le pays du matin calme va réduire le coût du travail entre 21 et 47% (!) grâce aux robots, soit une moyenne de 33% contre 16% pour la moyenne mondiale. Même le Japon fait moins bien avec 25%, ce qui est pourtant une réduction déjà extrêmement significative. Les Etats-Unis obtiennent un taux de 22%, l’Allemagne, 21%. Paradoxalement, alors que la Chine s’équipe massivement en robots, les consultants n’estiment ses gains qu’à 18%.
Derrière, outre la Thaïlande et la Pologne, bon nombre de pays vont littéralement décrocher, avec des gains bien inférieures à ceux de la moyenne mondiale. Le BCG place dans le même sac la France, la Suisse et la Belgique, des pays pourtant assez différents en termes de tissu industriel et de robotisation. Les trois pays n’obtiendront que 9% de gains. A l’opposé, des pays qui misent totalement sur leur faible coût de main d’oeuvre tels que l’Inde ou le Mexique vont perdre de nombreux points de compétitivité sur les pays développés qui vont faire cet effort de robotisation.

Les robots ont déjà distancés l’homme dans plusieurs industries

BCG---Robotique-industrielleComme le souligne le rapport, toutes les industries ne bénéficierons pas de la même manière de cette manne de productivité apportée par les robots de nouvelle génération. L’industrie automobile, l’une des plus avancées en termes de robotisation, le coût horaire d’un robot de soudure est de l’ordre de 8 $ de l’heure, contre 25 $ pour un ouvrier (chiffres relatifs au marché américain). Même constat dans l’industrie électronique où un robot d’assemblage de type Universal Robots UR5 coûte 4 $ de l’heure, contre 24 $ pour l’ouvrier. Au cours des 10 prochaines années, de multiples industrie vont connaitre un point d’inflexion, avec le coût d’utilisation du robot devenir inférieur à celui de l’être humain. Par exemple, les consultants estiment ce point d’inflexion à 2018 pour les équipements électriques, à 2023 pour la production de meubles, un secteur encore très en retard en matière de robotisation.
Quelles seront les conséquence sociales d’une telle vague de robotisation à l’échelle mondiale ? Les consultants du BCG n’en disent rien…

Source :

« Takeoff in Robotics Will Power the Next Productivity Surge in Manufacturing », Communiqué Boston Consulting Group, 10 février 2015

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Robotique, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.