Bourget 2013 : Fin de la guerre EADS et Dassault sur le drone MALE

TelemosL’accord de coopération entre EADS, Dassault et Finmeccanica signera-elle enfin l’émergence d’une réponse européenne dans le domaine des drones MALE (Medium-Altitude Long-Endurance) ? La situation avait fini par être ubuesque : Alors que l’Armée française a un besoin urgent de renforcer ses forces au Mali, elle doit se tourner vers General Atomics et son Reaper. Ni le couple Dassault Aviation/BAE Systems avec leur Telemos, ni EADS avec son Talarion ne pouvant lui livrer une solution sur étagère, c’est à dire directement opérationnelle. Cette commande de Reaper par le gouvernement Hollande aura au moins eu la vertu de jouer le rôle d’un électrochoc. Eric Trappier de Dassault et Bernard Gerwest, le CEO de Cassidian, rejoint par l’italien Guiseppe Giordo d’Alenia Aermacchi doivent a tout pris enterrer la hache de guerre s’ils veulent contrer américains et israéliens sur ce marché MALE où elle n’a absolument rien à proposer. Alors à quand un MALE Made in Europe ? C’est pas pour tout de suite : aucun des 3 compères ne s’est avancé à un pronostic : on parle d’un moyen de se partager les subsides issus des fonds de recherche et développement européen. Pire : comme l’évoque La Tribune, Eric Trappier a renvoyé la balle aux politiques, soulignant que c’est bien parce que ces derniers ont été incapables de s’entendre sur un besoin commun que les industriels n’ont rien pu leur proposer… Visiblement, le Royaume-Uni, l’Italie et la France se sont trouvé des besoins proches lorsqu’ils sont allés frapper à la porte de General Atomics.

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Aéronautique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.