La Corée du Sud et la France s’allient sur la voiture autonome

KAIST-EureCarUn important accord de coopération scientifique a été signé cette semaine à Séoul entre le gouvernement coréen et le gouvernement français. Les équipes de recherche des deux pays vont collaborer autour de plusieurs thématiques, dont les voitures autonomes, les wearables et les équipements médicaux. Les projets de recherche doivent démarrer dès l’an prochain et les équipes de Renault vont travailler avec celles de LG Electronics, Renault Samsung Motors et Hyundai Mobis sur les composants clés de la voiture autonome de demain, à savoir les radars et les modules de communication.

3 milliards de wons pour la voiture autonome, les wearables et la e-Santé

Si les voitures autonome de Google ou des constructeurs allemands accaparent l’attention des médias, tous les pays qui comptent au moins un constructeurs automobile de taille mondiale travaillent sur le sujet. Et si les Hyundai autonomes sont moins médiatiques en occident que les Google Car, depuis plusieurs années, le KAIST (Institut supérieur coréen des sciences et technologies) et Hyundai organisent des compétitions de voitures autonomes. L’occasion de voir divers modèles de voitures autonomes coréennes à l’oeuvre. Certes quelques voitures se sont retrouvées dans des situations cocasses lors des épreuves, mais les chercheurs coréens maîtrisent déjà un certain nombre de situations de conduite.

L'édition 2014 de la compétition de voitures autnomes du KAIST et de Hyundai a permis de voir l'avancement des recherches des coréens en la matière.

L’édition 2014 de la compétition de voitures autonomes du KAIST et de Hyundai a permis de voir l’avancement des recherches des coréens en la matière.

L’accord de recherche signé entre la Corée du Sud et la France va bénéficier d’un budget de 3 milliards de wons (2,7 milliards de dollars) auquel viendra s’ajouter des fonds européens Eureka à hauteur de 10,3 milliards de wons. 3 domaines sont concernés par cet effort de recherche conjoint public/privé. Le premier thème, celui de l’automobile autonome réunira donc Renault, sa filiale coréenne Renault Samsung Motors, LG Electronics et Hyundai Mobis, l’équipementier « mobile et systèmes » du groupe Hyundai pour travailler sur de nouveaux composants pour les futures voitures sans conducteur. Systèmes de communication et radar sont évoqués.

Le deuxième thème de recherche est lié aux wearables (ou informatique à porter). L’institut de recherche en électronique et télécommunication coréen va travailler avec STMicroelectronics pour mettre au point des composants pour les wearables ainsi que de nouveaux composants embarqués pour l’automobile. Enfin, dernier sujet évoqué à la suite de ces négociation franco-coréennes, les équipements médicaux. Le français Voluntis va développer de nouvelles applications avec plusieurs écoles de médecine coréenne , notamment des logiciels d’analyse de données (Big Data) pour une personnalisation des traitements accrue.

 

Source : « Korea and France join forces on futuristic R&D », Korea JoongAng Daily, 25 novembre 2014

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Automobile, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.