La Corée du Sud immatricule sa première voiture autonome

Self-driving-Hyundai-GenesisAprès les Etats-Unis, la Corée du sud a immatriculé sa première voiture autonome. L’acte est bien évidement plus symbolique qu’une véritable étape technologique puisque d’autres pays, comme l’Allemagne, le Japon ou la France maîtrisent la conduite autonome à des stades divers.

L’attribution de cette plaque témoigne néanmoins de l’évolution qui semble inéluctable de la voiture autonome dans les pays industrialisés. C’est  Hyundai Motor qui à reçu sa licence des mains de Kang Ho-in, ministre du Territoire, de l’Infrastructure et du Transport de Corée du Sud, le 7 mars 2016.

Hyundai obtient une licence très restrictive pour faire rouler sa Genesis autonome

L’histoire de la voiture autonome retiendra que c’est une Hyundai Genesis qui a reçu la première plaque d’immatriculation dédiée à une voiture sans chauffeur.

Le constructeur coréen travaillait déjà depuis plusieurs années sur la conduite autonome, notamment avec une EQ900 dont la robotisation était encore partielle. Il espère maîtriser la conduite autonome avancée (où le conducteur doit donner sa direction voulue pour que sont véhicule le conduise) d’ici 2020, l’objectif étant la commercialisation d’une voiture 100% autonome à l’horizon 2030, une voiture capable de partir de sa place de parking aller chercher ses passagers et les mener jusqu’à destination. Hyundai a annoncé sa volonté d’investir 1,7 milliards de dollars d’ici à 2018 pour développer cette technologie.

L’objectif de Hyundai et du gouvernement coréen est de rattraper Google mais pour l’instant la Hyundai Genesis robotisée n’aura accès qu’à 6 zones géographiques dont 41 km d’autoroute et 320 km sur 5 routes nationales. La licence accordée interdit pour l’instant une conduite sans chauffeur. Un conducteur doit tenir le volant et, dans les zones permises, celui-ci pourra connecter le mode de conduite autonome. Un enregistreur doit alors conserver toutes les traces du parcours. L’autorité coréenne impose même la présence d’un contrôleur dans la voiture afin que ce dernier vérifie le comportement du véhicule mais aussi celle du conducteur humain.

 

Sources :
« A Hyundai car gets first license to drive itself », Korea Joongang Daily, 8 mars 2016
« Première immatriculation pour une voiture autonome en Corée », Yonhap News, 7 mars 2016

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Automobile, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.