Des chercheurs produisent des tissus de foie viables en bioprinting

Shaochen-Chen-UC-San-DiegoSi, depuis plusieurs années maintenant, on sait imprimer diverses cellules vivantes, imprimer un organe entier viable et fonctionnel reste encore du domaine de la prospective. Néanmoins, les recherches dans le domaine du bioprinting avancent vite, notamment sur le foie. Une équipe de cherche de l’Université de San Diego vient de franchir une étape décisive vers l’impression d’un foie fonctionnel.

Une structure 3D imprimée à partir de cellules souches mais pas encore un foie complet

La recherche sur l’impression 3D d’organes progresse et l’équipe américaine de Shaochen Chen, professeur de NanoEngineering  de l’université de San Diego vient de passer une nouvelle étape. 3D structure liver Leur objectif est d’imprimer un foie fonctionnel qui pourra être un jour implanté dans un patient demandant une greffe.  En apparence, la structure que les chercheurs ont réussi à produire ne ressemble pas véritablement à un foie tel qu’on à l’habitude de voir dans les livres d’anatomie, et pourtant le progrès est immense. La structure tridimensionnelle mise au point par les chercheurs reproduit le réseau veineux complexe du foie humain. Un réseau complexe a reproduite puisqu’un foie humain dispose d’un double réseau dont la pression est différente. Des réseaux entrelacés qui permettent au foie de détruire les toxines présentes dans le sang.

Ce foie artificiel se compose de structures hexagonales de 900 micromètres constituées de cellules humaines crées à partir de cellules souches. Une structure de 3mn sur 3mn est imprimée en quelques secondes contre plusieurs heures via les techniques de bioprinting classiques. Néanmoins les chercheurs vont devoir trouver comment imprimer les cellules endothéliales et mésenchymateuses dans les espaces séparant les hexagones.

Pour l’instant, cette structure 3D a été cultivée 20 jours in vitro et elle a pu synthétiser de l’albumine et de l’urée comme un foie réel. Il n’est évidemment pas encore envisageable d’implanter une telle structure dans un malade.

Biomimetic-3D-printed-liver-tissue

Les structures hexagonales imprimées par les chercheurs de l’université de San Diego.


Par contre, celui-ci du fait de sa durée de vie potentiellement supérieure aux cultures de cellules doit permettre de tester de nouveaux traitements plus rapidement que via l’expérimentation animale puis les tests sur les humains.  Mettre au point un médicament demande en moyenne une douzaine d’année et 90% ne passent pas ces tests in-vivo. Selon le chercheur, avec un foie artificiel, cette phase de tests pourra être grandement accélérée.

Source : « Engineers 3D-print a New Lifelike Liver Tissue for Drug Screening », Communiqué de presse de l’Université de San Diego, 8 février 2016

 

 

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Impression 3D, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.