Le constructeur de drones DJI place la Maison Blanche en « No-Fly zone »

DJI-Maison-BlancheQuand, lundi 26 janvier, un drone s’est crashé sur les pelouses de la Maison Blanche, le spectre d’un attentat terroriste a été rapidement écarté. Le frêle DJI Phantom 2 ne présentait guere de danger pour le président et il est très vite apparu que son pilote en avait perdu le controle peu de temps avant. Si le président Obama n’a pas directement commenté l’incident, il a appelé les agences a prendre des mesures pour garantir la sécurité et la protection de la vie privée des américain vis-à-vis des drones. Un message bien reçu par le chinois DJI, le constructeur du Phantom 2 qui vient de prendre les devants.

Le constructeur de drone devance la réglementation

DJI Phantom 2DJI vient de mettre en ligne une mise à jour du firmware de ses drones Phantom 2, Phantom 2 Vision, et Phantom 2 Vision+. Celle-ci implémente la NOTAM (message aux navigants) 0/8326 de la FAA. C’est la note qui interdit aux pilotes le survol de certaines zones de la capitale fédérale. Le firmware 3.10 va empêcher le drone de voler au dessus de la Maison Blanche et à 25 km à la ronde.Et si le signal GPS est trop faible, l’application mobile affichera une popup pour prévenir le possesseur du drone en cas de décollage.

DJI affirme vouloir continuer à mettre à jour les No-Fly zone de ses drones pour respecter les réglementations locales. Les drones devront-ils un jour télécharger leur plan de vol sur les serveurs de la FAA ou de la DGAC avant de prendre l’air ?

Sources :

« Phantom 2 Firmware Update: New No-Fly Zone and Other Improvements », Communiqué DJI, 30 janvier 2015

« Obama Says US Must Catch up to Ensure Drones Are Safe », ABCnews, 27 janvier 2015

« White House Drone Crash Described as a U.S. Worker’s Drunken Lark », The New York Times, 27 janvier 2015

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Aéronautique, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.