Drones militaires : La Chine pousse ses pions

Wing-Loong-PterodactylL’information de la chute d’un drone dans le nord-est du Nigeria a été relayée par quelques sites voici quelques semaines. Ce drone, de fabrication chinoise, était probablement utilisé dans la lutte contre l’insurrection qui sévit dans la région. Le drone en question, un CH-3, était encore équipé de 2 2 missiles air-sol de type AR-1, une copie chinoise du Hellfire américain. Nigeria, mais aussi Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Ouzbekistan, et peut-être prochainement l’Algérie, la liste des pays qui achète des drones chinois s’allonge au point d’alerter Washington. Obama vient d’annoncer l’assouplissement des ventes de drones américains à l’étranger aux alliés de l’Amérique.

Le marché mondial des drones militaires doit atteindre 5,6 milliards de dollars en 2022

L’IDEX 2015, grand salon militaire qui vient de se conclure à Abu Dhabi a été une nouvelle occasion pour les constructeurs de drones de présenter leurs derniers modèles. Une fois de plus, les constructeurs chinois était présents dans le hall réservés aux engins sans pilotes. Face aux Etats-Unis qui rechignent à livrer des drones armés à des tiers, à l’Europe dont l’industrie reste handicapée par le retard pris par leurs armées et enfin Israël, la Chine marque des points sur le marché international.

Le CH-4, rival chinois du MQ-1 Predator.

Le CH-4, rival chinois du MQ-1 Predator américain.

Le nombre de drones militaires conçus par les industriels chinois est proprement stupéfiant. Wikipedia a décompté ainsi plus de 230 développeurs et constructeurs de drones en Chine. Les deux tiers sont des entreprises privées, mais on retrouve tous les grands bureaux d’études et constructeurs aéronautiques chinois, notamment sur le segment des drones MALE (Moyenne altitude longue endurance), la catégorie des Predator dont beaucoup de pays aimerait disposer. Le China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC) propose ainsi son CH-4 sur le marché, China Aviation Industry Corp. (AVIC) propose pour sa part le Wing Loong (Pterodactyl) I. Les pays comme le Pakistan qui s’était déjà équipé du plus petit CH-4 s’intéressent désormais à ces MALE chinois. Des pays qui n’ont pu obtenir des Predator des Etats-Unis, comme l’Algérie et la Jordanie pourraient bien se tourner vers la Chine pour répondre aux besoins de leurs armées en lutte face à des insurgés.

Plus léger que le CH-4, le drone CH-3 peut voler à 220 km/h pendant une douzaine d'heures.

Plus léger que le CH-4, le drone CH-3 peut voler à 220 km/h pendant une douzaine d’heures.

De multiples demandes d’exportation de General Atomics, le concepteur des Reaper et Predator, ont été retoqués par Washington. Seuls le Royaume-Uni, la France et l’Italie ont obtenu quelques exemplaires du drone américain et seul le Royaume-Uni, allié le plus fidèle s’il en est, a pu obtenir le « privilège » d’oncle Sam d’armer ses drones. Un sérieux manque à gagner pour l’industrie d’armement américain, mais aussi un sacré coup de main à la Chine d’un point de vue géopolitique. Les Etats-Unis appliquaient à ses ventes de drones le Missile Technology Control Regime (MTCR), traité de non prolifération des missiles pouvant emporter 500 kg de charge militaire à plus de 300 km. Une limite qui a bridé les exportations américaines de drones à 144 millions de dollars sur la période 20015-2010. C’est bien peu alors que ce marché doit atteindre 5,26 milliards de dollars à l’horizon 2022, selon Frost&Sullivan. Trop peu pour le président Obama qui voudrait renforcer les capacités de ses alliés dans la lutte contre les islamistes en facilitant l’exportation de drones « Made in USA », et accessoirement remplir les caisses de son industrie d’armement.

 

Sources :
« Obama administration to allow sales of armed drones to allies », The Washington Post, 17 février 2015

« Obama To Sell Armed Drones To More Countries », Defense One, 17 février 2015

« U.S. Firm Denied Request to Market Drones to Jordan », Foreign Policy, 5 février 2015

« Chinese UAV Crashes in Nigeria », UAS Vision, 2 février 2015

« Global military UAV market will shrink then grow to $5.26 billion by 2022 – report », DefenseWeb, 8 octobre 2014

« Why Is the U.S. So Stingy With Its Drones? It’s Costing Us. », NewRepublic, 2 juillet 2014

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Aéronautique, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.