Première transmission réussie pour le réseau spatial européen EDRS

EDRSDes satellites qui communiquent les uns avec les autres au moyen de faisceaux laser, c’est l’objectif sur projet EDRS (European Data Relay System). Celui-ci vient de passer une étape clé avec une première transmission réussie entre le satellite d’observation de la terre Sentinel-1a et le satellite de communication Alphasat appartenant à Inmarsat à 36.000 km de là. La transmission lasercom, réalisée à un débit de 1,8 Gbit/s, pourra être portée à 7,2 Gbit/s par la suite. Deux satellites de communication vont être équipés par l’Esa pour créer un réseau spatial laser apte à absorber les 6 teraoctets de données que les satellites d’observation du grand programme Copernicus vont générer chaque jour.

Un réseau spatial pour ne plus dépendre des stations au sol

Le problème d’un satellite d’observation de la terre tel que le Sentinel-1a est simple. En orbite à 700 km de la terre, ce satellite ne peut transmettre ses images radar de la surface de la terre que lorsqu’il passe à la portée d’une station au sol. Il faut donc multiplier les stations pour minimiser les zones où le satellite ne peut plus communiquer.

Le satellite Eutelsat-9B avec son transmetteur EDRS-A lors de ses tests dans la chambre anéchoïque d'Airbus Defence and Space à Toulouse.

Le satellite Eutelsat-9B avec son transmetteur EDRS-A lors de ses tests dans la chambre anéchoïque d’Airbus Defence and Space à Toulouse.

En mettant en place un réseau laser spatial, les satellites Sentinel pourront transmettre en permanence leurs images en tirant au laser sur 2 satellites géostationnaires placés à 36.000 km de la terre qui les transmettront ensuite au sol. Bénéficiant d’un budget de 450 millions d’euros, le projet s’appuiera sur 2 relais dont le premier sera placé sur Eutelsat EB9B, satellite de communication qui qui doit être lancé en 2015, un second un an plus tard.
La Nasa travaille aussi sur un projet équivalent, le SCaN pour Space Communications and
Navigation. C’est avec les premiers éléments de ce réseau laser que la Nasa est parvenue à établir une liaison laser à 80 Mbit/s avec la mission LADEE , en orbite autour de la lune.
Outre une optimisation des ressources satellitaires, ces réseaux laser sont stratégiques pour la Nasa comme pour l’Esa. Ils vont permettre de s’affranchir de stations au sol en pays étranger. Il vont aussi pouvoir être exploité par des drones, comme le montre déjà l’illustration fournie par l’ESA à l’occasion de l’annonce d’EDRS.

Sources :

« Europe’s space-based, laser-powered data highway passes early test », Reuters, 28 novembre 2014

« Successful Demonstration of Alphasat-Sentinel-1A Laser Link », Communiqué ESA, 28 novembre 2014

« Laser Link Offers High-Speed Delivery », Communiqué ESA, 28 novembre 2014

 

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Aéronautique, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.