Une imprimante 3D dans chaque foyer, réalité ou pure utopie ?

Imprimante 3D M-One Les projets d’imprimantes 3D personnelles se multiplient tant sur les sites de crowdsourcing que chez les constructeurs. Même les constructeurs d’imprimantes professionnelles 3D Systems et Stratasys ont aujourd’hui des modèles personnels. La technologie s’améliorant et les prix baissant, l’imprimante 3D va peut-être dépasser le cercle des Makers. Mais le grand public ne risque-t-il pas d’être déçu par les capacités des imprimantes actuelles et les considérer que comme de coûteux gadgets pour finalement se détourner de cette technologie et transformer le rêve d’une imprimante 3D par foyer en simple utopie.

L’imprimante 3D familiale qui remplace l’usine, ce n’est pas pour tout de suite

Posez donc la question à un industriel sur un scénario possible où chacun aurait une imprimante 3D à la maison pour imprimer des pièces défaillantes ou même des nouveaux produits, beaucoup, si ce n’est tous, vous riront à la figure. Pour eux, le modèle de l’usine qui produit en grandes quantité n’est pas près d’être remis en cause car la révolution du DIY. Certains commencent à mettre de l’eau dans leur vin et commence à étudier des scénarios mixe, avec un produit élaboré produit en usine complété d’options imprimée dans des Fablabs ou, pourquoi pas finalement, à la maison.

La courbe Hype cycle éditée par Gartner pour 2013. L'impression 3D au bord du gouffre...

La courbe Hype cycle éditée par Gartner pour 2013. L’impression 3D au bord du gouffre…

Se pose le problème de la mise à disposition des modèles 3D des pièces détachées, plus encore la modélisation 3D, mais pour l’instant ce sont bien les performances des imprimantes 3D personnelles actuelles qui pose problème. Le volume d’impression est restreint, la qualité du rendu et des finition perfectibles, le nombre de matériaux très limité. A part imprimer quelques figurines et autres coques de portables, il faut se tourner vers un spécialiste type Sculpteo ou ShapeWays pour espérer mieux ou se rendre dans un Fablab. L’impression 3D s’apprête à entrer dans la phase de déception telle que l’a définie Gartner sur sa “Hype Cycle”.

De nombreux challenges se posent encore aux constructeurs d’imprimantes 3D

C’est conscient de ce retour de bâton à venir que le Dr. Conor Mac Cormack, co-fondateur et PDG de Mcor Technologies Ltd, vient de publier une tribune titrée “A 3D Printer For Everyone”. Mcor est un fabricant d’imprimante 3D couleur qui utilisent le papier comme matériaux. Il résume dans son white paper les challenges qui attendent ces constructeurs d’imprimantes 3D sur ce marché grand public. LE premier défi, c’est celui de la vitesse. Mis à part les passionnés, qui va attendre 2 heures et demie pour imprimer un objet de la taille d’un Rubik’s Cube. C’est clair que c’est plus rapide que d’acheter l’objet sur Internet et se faire livrer ou encore se rendre dans un magasin, mais à l’heure de l’instantanéité, plus personne n’accepte d’attendre pour avoir quelquechose. Les constructeur vont devoir booster les performances de leurs machines, tout comme il vont devoir diversifier les matériaux “imprimables”. C’est le cas des modèles hauts de gamme, mais le grand public risque de se lasser rapidement du filament ABS coloré. Autre challenge dont sont liés tous les autres : rendre l’imprimante 3D abordable.

L'Ekocycle de 3D Systems, une imprimante 3D personnelle de dernière génération.

L’imprimante personnelle Ekocycle de 3D Systems

Le PDG de Mcor ne croit pas au Business Model de l’imprimante vendue à prix cassé et aux consommables hors de prix. Un modèle qui fait pourtant la fortune des constructeurs d’imprimantes 2D. Autre challenge, la sécurité de fonctionnement, la fiabilité, simplicité d’utilisation tombent sous le sens. Il considère en outre qu’il n’y aura un marché que pour les imprimantes 3D couleur, tout comme la TV couleur à définitivement enterrée la TV noir et blanc. Autant dire qu’à l’heure actuelle réunir toutes ses qualité va vous coûter plusieurs dizaines de milliers d’euros et une pièce de votre appartement.
Enfin, il conclut son document par l’intéressante notion d’écosystème. Pour réussir auprès du grand public, l’impression 3D va devoir réunir des logiciel de design 3D accessibles à tous, des scanners 3D grand public, des plateformes de téléchargement de modèles 3D, des apps mobiles, et un réseau de distribution. Autant de pièces qui se mettent peu à peu en place et qui permettront enfin l’essor de cette imprimante 3D pur tous.

Source : “A 3D Printer For Everyone”, White Paper Mcor

 

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
This entry was posted in Impression 3D and tagged . Bookmark the permalink.