McKinsey : 5 domaines où l’impression 3D va créer une rupture technologique

Impression-3D-industrielleL’impact  de l’impression 3D va être majeur dans l’économie mondiale au cours des prochaines années. C’est ce qu’affirment les consultants du McKinsey Global Institute dans la dernière édition du McKinsey Quarterly. Ceux-ci ont estimé cet impact à 550 milliards de dollars à l’horizon 2025. Ceux-ci ont cerné 5 domaines où les technologies de fabrication additives vont tout changer. Une rupture technologique majeure est annoncée. Managers, préparez-vous, vous allez devoir réinventer votre business !

L’impression 3D, un moyen d’accélérer le cycle de développement produit

Impression 3D de pièces prototypes

L’impression 3D est de plus en plus répandue dans le prototypage rapide

Le prototypage rapide est l’usage le plus évident de l’impression 3D. Un gain de temps et d’argent pour les entreprises de multiples entreprises. Encore faudra-t-il qu’elles adaptent leurs process de R&D. L’étape suivante, c’est de commencer à déployer des imprimantes 3D dans les ateliers. Il s’agit désormais d’utiliser ces technologies pour produire des pièces qui entre dans la composition du produit final. Selon McKinsey, 25% du marché de l’impression 3D était d’ores et déjà destinée à cette production finale en 2011. Un taux en croissance de 60% par an. Le rapport souligne que Boeing produit déjà 200 pièces pour 10 types d’appareils au moyen de techniques de fabrication additive. L’amélioration des performances des imprimantes 3D et la baisse de leurs coûts sera un facteurs clé dans la dissémination de ces imprimantes dans les ateliers de production.

Une remise en question de la chaîne de valeur industrielle

L'usine du futur ? Un atelier composé d'un parc d'imprimantes 3D Stratasys.A l’image de Nike qui a préféré outsourcer sa production pour se concentrer sur le design et la communication, la simplification et la standardisant de la fabrication que risque d’entraîner une généralisation de l’impression 3D, les entreprises vont devoir chercher d’autres moyens pour se différencier. Parmi les exemples donnés par McKinsey, celui de la production de produit plus facile à réparer (hypothèse peu crédible à l’heure actuelle), mais surtout celui d’une personnalisation de masse. C’est le Graal des industriels qui ont toujours du mal à proposer des produits personnalisés en tenant les coûts de production. Les consultants McKinsey évoquent  aussi la problématique des pièces de rechange qui pourront être produites à la demande, éventuellement au plus près du client.

Un nouvel espace pour la compétition

Pourquoi une marque telle que Nike communique-t-elle sur l'impression 3D ?

Pourquoi une marque telle que Nike communique-t-elle aussi sur l’impression 3D ? Pas question pour le géant américain de laisser le champ libre aux startup.

L’impression 3D fait sauter un certain nombre de verrous liés aux techniques de production habituelles. Moulages, méthodes de fabrication soustractives ont des contraintes bien spécifiques, contraintes dont les ingénieurs doivent tenir compte dans leur design. Ceux qui sauront exploiter le plus vite les nouvelles capacités offertes par la fabrication additive vont pouvoir créer des produits moins coûteux, plus écologiques, plus performants selon la priorité donnée par le marketing. Si les logiciels de pilotage des imprimantes 3D progresseront rapidement, l’impression 3D notamment de pièces en métal demande une véritable expertise et a ses contraintes propres. Les premiers à maîtriser ces nouveaux outils de production vont pouvoir distancer leurs concurrents. C’est la 5ième rupture identifiée par McKinsey : la rupture technologique provoquée par l’impression 3D va permettre à des nouveaux entrants   de déstabiliser les industriels solidement implantés sur certains marchés. Ainsi des géants qui ont optimisé leurs supply chain et leurs moyens de production pour produire en  grande série des produits standardisés à faible coût de production vont se retrouver confronté à des acteurs de niche locaux qui, plus proches de leurs clients, risque bien de leur damer le pion de manière imprévisible. Si tous les marchés ne seront sans doute pas impactés de la même manière par l’impression 3D, une zone de forte turbulence s’annonce pour bien des managers.

Source : “3-D printing takes shape”, MacKinsey Quarterly, Janvier 2014

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
This entry was posted in Impression 3D and tagged . Bookmark the permalink.