NASA and Verizon are working on UAV control over cellular antennas

Cell-TowerThe US operator Verizon will carry out a research project with the research center of NASA Ames , in the heart of Silicon Valley .
The project objective is to create a device for the towers could use antennas of cellular networks to identify and control the drones at very low altitude . The US dream of a global system in which every drone could be monitored and , if necessary , prevent them from entering certain areas. This research could provide a solution to the US authorities by 2019 .

A secret project control civilian drones revealed by the Guardian

6ac172e5-8a6e-4016-a770-f64170258789

Since an update of its firmware, the DJI Phantom 2 can fly over the No- Fly Zones implemented by the manufacturer.

Le Guardian vient de révéler un projet jusqu’ici secret. L’opérateur mobile va travailler avec la Nasa pour mettre au point un système qui va exploiter les tours de communication du réseau cellulaire afin de permettre aux drones d’échanger des données, de se repérer mais aussi de tracker les drones. Techniquement, il n’est pas possible de suivre le trafic des drones à basse ou très basse altitude par radar, un système de géolocalisation par tours de telecommunication apporterait un élément de réponse pour les autorités. L’objectif est notamment de mettre en place un système de « géofencing », c’est à dire des zones virtuelles interdites de survol.
Les premiers tests vont commencer dès cet été pour un projet qui pourrait être bouclé d’ici 2019. Peut-être qu’un jour la législation américaine imposera une puce 3G dans chaque drones pour que la FAA gère le trafic de tous les drones comme les contrôleurs du ciel gèrent les avions.
Source : “Nasa and Verizon plan to monitor US drone network from phone towers”, The Guardian, June 3, 2015

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
This entry was posted in Aéronautique and tagged , . Bookmark the permalink.