(Français) ARCAS, le mariage du drone et du robot

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

ARCASImaginez une nuée de drones qui, de leur bras robotique, portent une passerelle et la déposent sur le toit d’un bâtiment en feu pour permettre à ses habitants de s’échapper. C’est l’un des scénarios étudiés par les membres du projet ARCAS (Aeral Robotics Cooperative Assembly System), un projet européen lancé en 2011 et qui devrait s’achever dans un an. Si l’idée semble simple, des progrès significatifs doivent être réalisés dans nombreux domaines de recherche pour rendre un tel scénario possible.

ARCAS, le mariage du drone et du robot

Dès le début des années 2000, l’Europe a parié sur les drones pour réaliser du travail aérien. Dans le cadre du FP5 (5th Framework Program), le projet COMETS, mené de 2002 à 2005 a validé expérimentalement qu’une équipe de robots aériens pouvaient effectivement coopérer pour suivre l’avancement d’un feu de forêt, par exemple. De 2006 à 2009, le projet AWARE du FP6 a permis de faire transporter une charge par 3 drones afin de la déposer sur une structure. ARCAS poursuit donc cet effort avec cette fois des drones équipés chacun d’un bras robot de 6 ou 7 degrés de liberté.

FP7-ArcasCe programme de recherche, qui s’achèvera en 2015 bénéficie d’un financement de l’ordre de 8,4M€. Il réunit 8 partenaires : les espagnols de l’Universidad de Sevilla, de l’Universitat Politècnica de Catalunya et du centre de recherche CATEC de l’Andalusian Foundation for Aerospace Development (FADA) , les italiens de l’Università degli Studi di Napoli Federico II, le DLR allemand, le Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes (LAAS) du CNRS et enfin deux industriels : SpaceTech GmbH et ALSTOM Inspection Robotics Ltd.

Le projet est plus complexe qu’il n’y parait car il touche à de nombreux domaines différents pour permettre au drone d’interagir avec son environnement. Outre l’analyse de cet environnement pour permettre au drone de se saisir de sa charge, le drone doit s’en saisir et le déplacer en tenant compte des la variation de son centre de gravité. Le problème devient franchement complexe quand il s’agit de synchroniser les mouvements de tout un bataillon de drones pour porter des grosses pièces.

Dernièrement, les membres du projet ont posté une vidéo sur YouTube montrant un drone rencontrant un obstacle sur sa route et le contournant automatiquement, en fonction d’un comportement préprogrammé. Un comportement essentiel si on veut faire réaliser des inspections de structures de plateforme offshore par drones. une recherche qui peut avoir bien plus d’applications.

Sources :

“ARCAS: Flying robots will go where humans can’t”, Digital Agenda for Europe, 16 septembre 2014

“Aerial robotics for the society”, Sparc Robotics, 28 mai 2014

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
This entry was posted in Aéronautique, Robotique and tagged . Bookmark the permalink.