Enquête Roland Berger 2016 : Le Digital pourra-t-il sauver l’industrie française ?

AlstomTitrée « French Plants going Digital », la 4ième édition de l’étude Roland Berger sur la compétitivité de l’industrie française laisse entrevoir un avenir plutôt sombre.

Alors que l’industrie américaine a recréé 855.000 nouveaux emplois en 5 ans, la France continue de voir ses emplois industriels disparaître. Le solde sera négatif de 50.000 postes sur la période 2013-2023. Si seulement 46% des directeurs d’usine interrogés espèrent améliorer leur compétitivité en 2016, ceux-ci ont bien pris conscience de l’importance du numérique.

Les directeurs d’usines français inquiets devant l’accélération de la Supply Chain

Critial-criteria

Les points les plus critiques dans la compétitivité d’un site de production (Source : Roland Berger / Manufacturing Competitiveness Radar 2015 Survey)

Près de 200 usines sont fermés chaque année, c’est le chiffre que révèle Georges de Thieulloy, Associé chez Roland Berger, auteur de l’étude « French Manufacturing Competitiveness Radar 2015/2016 « . 20% des sites industriels sont considérés comme en difficulté par leur direction et cette vague de fermetures ne sera pas compensée par la création de nouveaux sites. 177.000 emplois seront détruits dans le secteurs industriel sur la période 2013/2023 contre seulement 128.000 créés. A titre de comparaison, le secteur des services devrait créer 837.000 emplois net.

La première raison invoquée par les directions interrogées est bien évidement le coût de la main d’œuvre. Cependant ceux-ci sont de plus en plus préoccupés par un nouvel élément : l’accélération des chaînes d’approvisionnement. Finalement lorsqu’on les interroge dans le détail, on voit que les thématique d’efficacité opérationnelles, de supply chain, de processus et d’achat de manière premières prennent largement le pas sur le coût du travail ou la qualification du personnel.

Des entreprises de plus en plus connectées entre elles et qui doivent réagir en temps réel aux aléas du marché, c’est un concept qui s’est imposé depuis plusieurs années dans le secteur automobile. Il va se généraliser dans bien d’autres et l’Allemagne s’y prépare déjà dans son grand programme de transformation  Industrie 4.0.

Cybersécurité, RFID et robotique, les 3 domaines où le numérique va avoir le plus fort impact sur l’industrie

Digital-Plant-key-concepts---understanding-and-impact

La compréhension et l’impact des concepts de l’usine numérique selon les directeurs d’usine français en 2015 (Source : Roland Berger / Manufacturing Competitiveness Radar 2015 Survey)

Les industriels français font face à de vraies difficultés, mais ils sont bien conscient des domaines clé de l’usine numérique de demain. La cybersécurité, le RFID et la robotique sont les domaines qui devraient avoir le plus gros impact sur leur activité. L’impression 3D est relativement bien connue de nos directeurs d’usine (à 65%) par contre seulement 24% estime qu’elle va avoir un impact fort sur leur activité. Les chiffres sont à peu-près les mêmes pour le prototypage rapide. La nécessité de robotiser les processus de production est désormais acquise. 89% ont compris l’importance de la robotique dans la course à la compétitivité et 73% estiment que cela va avoir un fort impact sur leur activité. C’est le chiffre le plus haut atteint dans cette enquête.

D’autres chiffres sont plus alarmants. 41% seulement connaissent le Big Data et 32% pensent qu’il aura un impact chez eux. Le concept d’usine connecté est à la traîne : 32% connaissent le concept mais seulement 24% estime que cela va avoir un impact. Quant à la réalité augmentée, on reste dans la science fiction. 16% savent de quoi il s’agit et seulement 14% pensent que cela aura un impact important.

Source : « French Manufacturing Competitiveness Radar 2015/2016« , Communiqué Roland Berger, 21 décembre 2015

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.