Eurocopter fait voler un hélicoptère EC145 transformé en drone

AFlight, le drone selon EurocopterLe constructeur franco-allemand vient de surprendre le monde aéronautique en réalisant une première démonstration publique d’un hélicoptère entièrement automatisé. L’hélicoptériste a choisi un EC145 pour réaliser le 25 avril dernier ce vol de démonstration hors du commun à Istres. Pour la première fois en public, l’hélicoptère a mené une mission de ravitaillement type, 40mn de vol pendant lesquelles cet EC145 d’apparence banale a réalisé le transport de marchandises sous élingue mais sans qu’aucun pilote ne soit à bord.
L’industriel a mené ce programme de recherche baptisé AFlight sur ses fonds propres  et dans le plus grand secret. Il compte proposer ce mode de « pilotage » robotisé en tant qu’option à tous les modèles de sa gamme qui disposent déjà d’un pilote automatique suffisamment évolué. C’est le concept d’OPV : Optionally Piloted Vehicle.

Un système paradoxalement plus simple qu’une voiture autonome

exph-0177-21Le scénario démontré par Eurocopter à Istres ressemble diablement à ce que pratique déjà l’Armée US en Afghanistan où ses hélicoptères K-Max approvisionnent les bases avancées sans devoir exposer des véhicules terrestres aux risques de bombes placées sur les routes. Le magazine Air&Cosmos du 3 mai a révélé que le vol du 25 avril n’était que le troisième essai, Eurocopter ayant démarré les vols de son AFlight dès le 12 avril, dans le plus grand secret. Le vol est automatique, mais un pilote au sol dispose d’une vision des instruments et de l’environnement autour de l’appareil via de multiples caméras, dont une caméra infrarouge. En cas d’imprévu, il peut prendre le contrôle à distance de l’appareil. De même, à l’image du K-Max américain, un opérateur au point de ravitaillement va prendre la main et guider manuellement l’appareil lorsqu’il se présente au point de ravitaillement en vol stationnaire. Voila qui simplifie grandement l’électronique et l’intelligence qu’il faut embarquer dans l’appareil qui s’avère au final bien plus simple que celle d’une Google Car robotisée qui analyse en permanence son environnement pour ne pas renverser de piéton ou griller un feu.
exph-0177-24Si on en croit Volker Bau, l’un des pilotes de l’essai du 25 avril cité dans Air&Cosmos, le système miniaturisé pourrait tenir dans un seul boitier d’une centaine de kilos puisque celui-ci va venir se plugger sur le pilote automatique 4 axes qui équipe déjà l’appareil. Actuellement, l’électronique occupe une bonne partie des sièges arrières de l’EC145.
Outre les militaires, des applications civiles peuvent être envisagées pour ces hélicoptères dronisés, dont l’intervention sur sites radioactif en cas de catastrophe. C’est l’accueil par les opérateurs de flottes d’hélicoptère qui dira si Eurocopter mettra cette option drone à son catalogue dans les mois qui viennent.

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Aéronautique, Robotique, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.