Google DeepMind défie IBM Watson dans le secteur de la santé

DeepMind HealthIBM a su démontrer l’efficacité de Watson notamment dans le domaine de la santé, notamment pour le diagnostic du cancer à l’hôpital Memorial Sloan Kettering. L’américain a depuis lancé une offre commerciale pour le marché de la santé, IBM Watson Health. DeepMind, le bras armé de Google dans l’intelligence artificielle suit le même chemin. DeepMind Health vient de naître  et ses premiers services en ligne sont proposés aux acteurs de santé.

Le mobile, support n°1 des première applications de DeepMind Health

Streams est l'une des deux premières apps proposées par DeepMind Health aux hôpitaux.

Streams est l’une des deux premières apps proposées par DeepMind Health aux hôpitaux.

On savait que Google mène plusieurs projets dans le domaine de la santé, notamment Calico, sans doute le projet le plus ambitieux puisqu’il vise l’immortalité. Désormais, c’est DeepMind, sa filiale londonienne dédiée à l’intelligence artificielle qui monte au créneau. Tout comme IBM avec Watson Health, DeepMind Health s’intéressent aux hôpitaux à qui il propose deux services liés à la mobilité. Le britannique met ses algorithmes au service du diagnostic des cas de lésions aiguës du rein. Une application mobile baptisée Streams a été développée avec les médecins du Royal Free Hospital London. L’analyse des données patient via cette application doit aider médecins et infirmières à dépister ces lésions qui représentent plus de 20% des admissions dans les hôpitaux britanniques et 40.000 décès par an. 25% de ces cas pourraient être prévisibles C’est donc un champ d’action tout trouvé pour les algorithmes prédictifs de DeepMind.

Hark, la seconde application proposée par DeepMing est le fruit d’une acquisition réalisée le 24 février dernier. Cette app’ n’analyse pas les données patient mais… l’emploi du temps des professionnels de santé. L’idée de cette startup issue des travaux des professeurs Ara Darzi et Dominic King de l’Imperial College de Londres était de littéralement piloter l’emploi du temps du personnel en fonction de l’activité de l’établissement de santé, en temps réel. hark-dashboardChaque professionnel de santé voit donc sur son smartphone son planning se remplir des tâches que le système lui assigne en temps réel, en fonction des admissions. Côté administration, la direction de l’hôpital dispose de tableaux de bord très précis pour « manager » la performance opérationnelle de l’établissement, tout comme le font déjà directeurs d’usines ou de grandes surfaces. Selon les concepteurs de l’application, cette approche aurait d’ores et déjà démontré son efficacité lors de projets pilotes menés à l’hôpital St Mary de Londres. Le délai de réponse des cliniciens a été réduit de 37% via l’application Hark par rapport aux messages traditionnellement envoyés sur pager.

Avec ces deux premières applications, DeepMind prend pied sur le marché de la santé. Un premier pas qui permet de mesurer le retard pris sur IBM qui boxe déjà dans une autre catégorie. Big Blue vient de s’offrir Truven Health Analytics pour 2,6 milliards de dollars et serait en train d’embaucher des milliers de professionnels de santé pour le siège de Watson Health près de Boston. Le très européen DeepMind aura-t-il les moyens de contrer le docteur Watson ?

 

Sources :
« Can Google’s DeepMind Help Fix A Broken Health Care System? », Fastcompany, 25 février 2016

« IBM Watson buying Truven Health Analytics for $2.6 billion », Healthcare IT News, 18 février 2016

« Google’s DeepMind AI group unveils health care ambitions », VentureBeat, 24 février 2016
« IBM Watson Health Begins To Take Shape », Techcrunch, 10 septembre 2015

« IBM Watson Health to hire hundreds for new Boston-area HQ », Boston Business Journal, 14 avril 2015

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Développement, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.