Horizon 2020 : L’Europe attribue 98 millions d’euros à 21 projets robotiques

Horizon2020Fonds européen dédié à l’innovation et la recherche, Horizon 2020 vient de publier la liste des projets robotiques qui vont bénéficier de ses subsides. 21 projets se partageront 98 millions d’euros, c’est plus que les 80 millions initialement prévu. Parmi ces projets, une grande variété de sujets mais une forte concentration de projet dans les domaines médicaux et industriels. Un jeu dans lequel les centres de recherche et les industriels allemands ont su tirer leur épingle du jeu.

L’Europe porte son effort sur la robotique appliquée à la santé

C’est le projet EDEN2020 mené par l’Imperial College of Science britannique avec diverses universités italiennes, allemandes et néerlandaises et les sociétés Xograph et Renishaw qui va recevoir la plus grosse aide, avec 8,36 millions d’euros sur 4 ans. Eden2020 un projet financé par Horizon 2020EDEN2020 (pour Enhanced Delivery Ecosystem for Neurosurgery in 2020) vise à promouvoir l’usage de la robotique dans le domaine de la neurochirurgie. L’objectif n’est pas de créer de nouveaux robots mais de favoriser l’essor de robots de diagnostic et de neurochirurgie dans les blocs.
Plusieurs projets supportés sont dédiés à la lutte contre le handicap. Le projet INPUT (Intuitive Natural Prosthesis UTilization) de l’autrichien Otto Block Healcare Products Gmbh obtient 2,7 millions d’euros pour améliorer les interactions entre une prothèse et son porteur. Dans ce cadre, plusieurs projet d’exosquelettes bénéficient des fonds européens. C’est le cas du projet SPEXOR (Spinal Exoskeletal Robot for Low Back Pain Prevention and Vocational Reintegration) ou encore du XoSoft (pour Soft modular biomimetic exoskeleton to assist people with mobility impairments).

Faciliter l’adoption de la robotique par les PME industrielles, l’axe de plusieurs projets labellisés Horizon 2020

Le projet HORSE bénéficiera de près de 8M€ sur 54 mois dans le cadre du programme Horizon 2020.

Le projet HORSE bénéficiera de près de 8M€ sur 54 mois dans le cadre du programme Horizon 2020.

Le domaine de la santé va largement bénéficier des subsides européens mais l’industrie est l’une des grandes priorité du programme Horizon 2020. Le projet HORSE dans lequel sont impliqués le CEA, le Cetim et encore le constructeur de robots Kuka vise à créer un concept d’usine intelligente dans laquelle cohabiteront les hommes, les robots, les AGV (Autonomous Guided Vehicles) et des machines connectées.  Ce projet, qui bénéficiera de près de 8 millions d’euros devrait aider à l’adoption de ce concept de « smart factory » par les PME européennes. Toujours dans ce but d’aider les PME a accéder à la robotique, 5,5 millions d’euros iront au projet ReconCell. Les 9 partenaires, dont Blue Ocean Robotics, qui participent à ce projet mettront au point des cellules robotiques prêtes à l’emploi et donc rapides et peu coûteuses à mettent en oeuvre par les PME. Le projet RAMPup (Robotic Automation Modules for Production) va un peu plus loin. Il vise à aider ces PME à mettre en place rapidement de petites lignes de production pour démarrer une nouvelle activité ou faire face à une commande. Grâce à une approche modulaire où l’entreprise va composer sa chaîne à l’aide de modules complets, dans une approche « plug-n-play », les PME industrielles pourront gagner en flexibilité et rogner sur les coûts de mise en place des équipements et des robots industriels.

Toujours dans le secteur industriel, l’Ecole Nationale des Arts et Métiers participe, avec le Fraunhaufer allemand, mais aussi Renault, et Thales Alenia Space au projet ColRobot (Collaborative Robotics for Assembly and Kitting in Smart Manufacturing). Les robots et cobots seront donc de plus en plus présents dans les ateliers de production et les ateliers de montage, mais aussi dans les entrepôts.  SafeLog (Safe human-robot interaction in logistic applications for highly flexible warehouses) vise à aider les entreprises, et tout particulièrement les cybermarchands, à robotiser leur logistique.

Un seul projet financé par Horizon 2020 est lié à la voiture autonome

Les robots démolisseurs du projet Bot2Rec.

Les robots démolisseurs et reconstructeurs du projet Bot2Rec.

Outre ces deux grandes thématiques, Horizon 2020 va financer quelques projets aux champs d’applications très divers comme AEROBI (AErial RObotic System for In-Depth Bridge Inspection by Contact) système d’inspection robotisée des ponts via des drones équipés de bras. Un projet qui va recevoir plus de 3 millions d’euros et dans lequel on retrouve Airbus Defense & Space. Le projet Bots2ReC (Robots to Re-Construction) consiste à mettre au point une gamme de robots de démolition pour le secteur du bâtiment. Le MuMMER (MultiModal Mall Entertainment Robot) sera plus inoffensif : c’est un robot qui sera amené à se balader dans les centres commerciaux afin d’informer et bien évidemment pousser des messages publicitaires aux visiteurs. Le projet TrimBot2020 de l’Université d’Edinbourg et de Bosch devrait accoucher d’un robot jardinier capable de tailler les haies et les rosiers.
Enfin, un seul projet financé par Horizon 2020 est lié à la future voiture autonome. Il s’agit d’UP-Drive, un projet qui vise à fournir aux automobilistes un service de valet automatique dans les principales villes européenne. Les 5 partenaires de ce projet, parmi lesquels figurent Volkswagen et IBM Research, vont se partager plus de 4,6 M€.

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Robotique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.