Qu’attendent vraiment les automobilistes de la voiture du futur ?

Voiture du futurAlors que les constructeurs automobiles s’alarment devant le manque d’intérêt évident des nouvelles générations pour la voiture, IBM a interrogé 16.000 personnes pour savoir ce qu’attend aujourd’hui le public de la voiture. Une étude rassurante pour les industriels puisque 86% des répondants espèrent posséder ou conduire une voiture dans les 10 années à venir. Par contre, disposer de sa propre voiture cèdent de plus en plus fréquemment du terrain sur l’auto-partage.

La voiture autonome n’est pas la demande numéro 1 des automobilistes

86% des 16.000 répondants de l’enquête IBM souhaitent utiliser une voiture au cours de 10 prochaines années. Un chiffre sans doute rassurant pour l’industrie auto et ses près de 90 millions de véhicules légers produits chaque année. Vehicule-capabilitiesNéanmoins, sur ses 86%, 14% déclarent ne pas avoir les moyens d’acheter une voiture, 5% ne souhaitent pas s’en offrir une. La location (42%) ou la propriété partagée (24%) intéressent de plus en plus d’automobilistes mais si le mode de propriété évolue, les usages aussi. Plus que la moitié des 18-24 ans utilisent une voiture comme moyen de transport privilégié contre 75% dans les autres groupes d’ages.

Les constructeurs automobiles misent sur les « self-enabling vehicles« , essentiellement les services numériques, pour différencier leurs produits. IBM a interrogé son panel sur les services qu’attendent réellement les acheteurs potentiels de ces voitures connectées. Étonnamment, ce sont les services de diagnostic et de maintenance préventive qui intéressent le plus les répondants, tant sur les marchés émergents que les marchés matures. Les services de « socialisation » arrivent en deuxième position, devant les fonctions d’auto-apprentissage et la conduite autonome.

futurism carPas simple pour un constructeur automobile de savoir quels seront, parmi les multiples services numériques imaginés par leur service marketing et les startups, qui rencontreront le succès auprès de leurs futurs acheteurs. Un bon moyen de le savoir semble de faire appel aux diverses techniques du crowdsourcing. 49% des 16.000 personnes interrogées se sont dites prêtes à voter pour les idées qui leur plaisent. 47% sont prêtes à répondre à des question, 37% sont prêt à partager leurs « data » pour aider le constructeur de leur voiture. Mieux, ils sont autant à vouloir leur confier leurs idées. Plutôt que de se baser sur des études de marché, c’est peut-être bien en s’appuyant sur  leurs clients que les constructeurs automobiles pourront négocier le virage du numérique.

Source : « A new relationship–people and cars », Etude IBM Institute for Business Value, 13 janvier 2016

 

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Automobile, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.