IFA 2017, le triomphe des assistants numériques

Que ce soit sur ordinateurs, smartphones ou sous forme d’enceintes, de hubs domotiques, de robots personnels ou de montres de connectés, les assistants numériques étaient omniprésents sur les stands du grand salon européen de l’électronique grand public, l’IFA. Chaque constructeur veut doter ses produits les plus divers d’une interface vocale performance et désormais chacun doit choisir son camps : Amazon, Microsoft, Google ou IBM.

Assistants numériques : Les fabricants d’enceintes doivent choisir leur camp

Genie, un rival direct pour l’Amazon Echo.

Pour les fabricants de produits électroniques, Alexa, Google Assistant, Cortana ou Watson, il faut choisir. Ceux-ci veulent tous monter dans le train de l’intelligence artificielle et embarquer des commandes vocales à leurs produits. Beaucoup ont présenté à Berlin leur objets connectés désormais interfacé avec un assistant numérique et sur ce plan, comme le révèle Cnet, de nombreux fabricants ont opté pour Alexa, l’IA d’Amazon. Ainsi la marque Eufy, connue pour ses aspirateurs robots défie Amazon avec l’assistant Eufy Genie, un équivalent de l’Amazon Echo et motorisé par la même IA, Alexa. Comble de l’ouverture de la part d’Amazon, ce concurrent peut être acheté sur Amazon.com.

Sonos, Samsung et Bose ont pour leur part dévoilé des enceintes elles aussi connectées à l’IA d’Amazon. De leur côté, Panasonic, Sony et TicHome ont fait le choix de l’assistant Google tandis que Harman Kardon ou JBL ont choisi de… ne pas choisir. Après avoir annoncé une enceinte compatible Cortana, le premier a depuis annoncé qu’il proposerait aussi des enceintes motorisées par Alexa et Google. JBL a suivi la même voie avec des gammes d’enceintes pour Google Assistant et pour Alexa et Cortana.

Mykie, l’assistant personnel de Bosch, conçu pour piloter les objets connectés de la marque.

Outre cette vague d’enceintes, on peut noter le Mykie de Siemens,  un assistant avec lequel on peut donner des ordres à l’aspirateur robot de la marque. Annoncé l’an dernier, le petit assistant tient plus du Nabaztag que d’un Amazon Echo ou Google Home. Plus original encore, le robot Lynx du chinois UBTech qui est piloté via Amazon Alexa, Alexa qui est aussi embarqué sur les montres connectés Martian mVoice.

IBM Watson et surtout Apple Siri semblent pour l’instant bien discrets dans cette frénésie d’annonces d’objets connectés de nouvelle vague. S’il est possible de donner des ordres à un objet connectés compatible avec Apple Homekit, l’utilisateur doit disposer d’une Apple TV qui va servir de pont vers Siri. Une contrainte technique qui bride sérieusement la diffusion de Siri pour le moment.

 Amazon Alexa domine son sujet

Selon les chiffres compilés par Voicebot.ai, Amazon est actuellement la plateforme qui domine largement le marché.  Les développeurs ont ainsi créés plus de 15.000 skills (comportements) pour Alexa alors que dans le même temps l’assistant Google compte moins de 400 applications et Cortana, en dépit de l’énorme communauté de développeurs Microsoft n’avait créée que quelques dizaines de skills pour Cortana. Le marché ne fait que démarrer donc rien n’est encore joué, mais Amazon possède aujourd’hui une solide avance sur ses rivaux.

Sources :

« All the new Alexa announcements from IFA 2017 », Cnet, 1er septembre 2017

« 6 Great Gadgets Powered By Amazon’s Alexa Assistant », Time, 15 décembre 2016

« Amazon’s Alexa passes 15,000 skills, up from 10,000 in February », TechCrunch, 3 juillet 2016

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Intelligence artificielle, Objets connectés, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.