L’impression 3D à la conquête du micron

OWL-nanoAujourd’hui, si vous cherchez la plus haute précision possible pour imprimer des bijoux, par exemple, vous pouvez opter pour une imprimante 3D Projet 860/pro, haut de gamme de chez 3D Systems. Celle-ci vous offre une résolution de 0,1mm. 100 microns, c’est encore trop grossier ? Tournez-vous vers les imprimantes industrielles du français Phidias Technologies du groupe Gorgé. Utilisées notamment en bijouterie, ses imprimantes ont une précision de l’ordre de 35 microns. Pas suffisant ? Actuellement, le nec plus ultra est les imprimantes Objet dont la résolution peut monter jusqu’à 16 microns en mode HQ. Et pourtant, un outsider annonce pouvoir faire mieux, beaucoup mieux.

Une startup dame le pion aux leaders du marché

OWL nano

Old World Labs ou OWL, ce nom ne vont dit sans doute rien. Il s’agit d’une startup crée en 2013 à Norfolk, aux Etats-Unis. Elle pourrait bien damer le pion aux leaders du marché de l’impression 3D dans la course à la précision. Là où 3D Systems et Stratasys se battent avec des résolutions de quelques dizaines de microns, avec sa Nano, OWL espère atteindre une précision record : 0,1 micron ! Seuls les centres de recherche peuvent faire mieux. Pourtant, Old World Labs utilise la stéréo-lithographie, la technologie SLA bien connue, mais en utilisant un laser plutot que des diodes UV classiques. OWL attendra-t-il ses objectifs de précisions pour une machine d’une vingtaine de kg, un bac de 15cmx15cmx20cm vendue moins de 5 000 dollars. Les pré-commandes viennent d’être ouvertes pour une première série.

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans 3D, Impression 3D, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.