Le police suisse a relaché l’intelligence artificielle « Random Darknet Shopper »

Achats-Random-Darknet-Shopper-Le Random Darknet Shopper restera dans la (petite) histoire de l’intelligence artificielle comme la première IA à avoir été « interpellée » par la police. Performance artistique, celle-ci s’était livrée à des achats totalement aléatoires sur le Darknet. Avec un budget de 100$ en bitcoins à dépenser chaque semaine, celle-ci s’est livrée à de multiples achats sur la place de marché Agora. Résultat : un bric à brac d’objets hétéroclites, dont des contrefaçons de sac Vuitton, de jean Diesel, un scan de passeport hongrois et… des pilules d’Ecstasy. Autant d’objets exposés dans une galerie d’art, ce qui à provoqué l’intervention de la police qui a confisqué les articles ainsi que l’ordinateur porteur de l’IA qui s’est rendue coupable de ces méfaits.

« This is a great day for the bot, for us and for freedom of art! » / « C’est un grand jour pour le bot, pour nous et pour la liberté de l’art!’ Les artistes du collectif !Mediengruppe Bitnik se félicitent de la restitution des articles confisqués par la police en janvier 2015 : les articles achetés sur le darknet, mais aussi l’ordinateur et donc l’IA « Random Darknet Shopper ». La police n’a pas restitué l’ecstasy, mais les artistes ne seront pas poursuivis par la justice.

Avec cette performance artistique inédite, le collectif a montré qu’un scénario à la i-Robot avec des IA hors la loi, n’est peut être pas si éloigné qu’on ne le pense.

Source : « Random Darknet Shopper released, Ecstasy Destoryed », Blog !Mediengruppe Bitnik, 15 avril 2015

 

 

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Développement, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.