Internet des Objets : la Silicon Valley domine le sujet

Silicon-ValleyIl est de bon ton d’affirmer que la France figure parmi les leaders de la révolution des objets connectés. Si les levées de fonds records de Sigfox, puis récemment de Netamo sont plutôt encourageantes, les startups américaines disposent d’une arme dont la France ne dispose pas, l’écosystème de la Silicon Valley. Le Top 100 des entreprises récemment établi par Mattermark est sans concession : quant on classe les startups mondiales dans ce secteur de l’Internet des Objets en fonction des fonds qu’elles sont parvenues à lever, les startups américaines enfoncent leurs rivales. 48 de ces 100 jeunes entreprises ont une adresse dans la baie de San Francisco.

4 entreprises ont attiré à elles plus du quart des investissements

Jawbone, le grand gagnant dans le jeu des levées de fonds.

Avec 636 millions de dollars levés, l’américain Jawbone est le grand gagnant dans le jeu des levées de fonds.

72 des 100 startups qui ont levé le plus de fonds dans le monde de l’Internet des objets sont américaines. Mieux, 48 d’entres-elles sont basées dans la Silicon Valley qui exerce une domination sans partage dans le financement des jeunes entreprises innovantes. L’écosystème des fonds d’investissement de la baie de San Franscisco fonctionne à plein régime et, avec près de 636 millions de dollars levés, Jawbone domine largement ce classement mondial. Jawbone, Genband, Silver Spring Networks et View Glass, les 4 premiers du classement, ont drainé dans leurs caisses 1,6 milliards de dollars, soit 26% de la totalité des fonds levés par les 100 startups du classement. Au total, les investisseurs ont injecté 6,19 milliards de dollars dans 100 entreprises.

Si 72 d’entres-elles sont basées aux Etats-Unis, la France pointe en troisième position des pays les mieux représentés dans ce Top 100 avec… 4 entreprises seulement . Sigfox est le champion français de l’Internet des objets avec un total de plus de 151 millions de dollars levé. L’opérateur de réseau pour objets connectés à faible débit devance Withings avec 30 millions de dollars. Le pionnier des objets connectés sera vraisemblablement devancé l’an prochain par son rival Netatmo qui vient de bénéficier d’une injection de 30 millions de dollars de la part de Legrand. Enfin, l’opérateur Actility et le distributeur Innov8 Group complètent le tableau pour la France.
Bien peu de pays sont représentés dans ce Top 100. Le Canada place 5 de ses startups, la Chine 3, Israël 3 autres, l’Allemagne 2. Le reste du monde doit se partager des miettes alors que la mise sur le marché d’objets connectés demande des investissements de plus en plus importants, notamment en marketing et communication.

Les entrepreneurs sont là, mais où sont les (gros) investisseurs ?

Cité de l'Objet Connecté Angers

Symbole de l’action de l’Etat français dans l’Internet des Objets, la Cité de l’objet connecté d’Angers.

Si on prend l’exemple de la France, le dynamisme des entrepreneurs est manifeste. Beaucoup d’entres-elles étaient parmi les 160 entreprises françaises qui ont exposé leurs réalisation lors du CES 2015. Difficile de critiquer les pouvoirs publics ont bien compris les enjeux de soutenir les startups dans ce secteur. La Cité de l’objet connecté d’Angers en est l’illustration.

Tout comme dans le logiciel, c’est l’étage supérieur de la fusée qui fait défaut, c’est à dire des fonds d’investissement ou des grandes entreprises capables d’injecter  plusieurs dizaines voire centaines de millions d’euros dans ces startups pour en faire des champions mindaux. Espérons que l’exemple de Legrand sera suivi par bien d’autres pour ne pas voir nos startups à émigrer vers la Silicon Valley pour pouvoir grossir.

Source : « Mattermark Lists The Top 100 Internet Of Things Startups For 2015 », Forbes, 25 octobre 2015

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Objets connectés, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.