Kirobo, le coup de pub sidéral de Toyota

kiroboJoli coup de pub pour Toyota et plus largement la robotique japonaise. Le robot Kirobo est en route pour rejoindre l’ISS, la station spatiale internationale. Il a pourtant tout d’un jouet ce petit androïde de 34 cm seulement. Beaucoup moins impressionnant que le Robonaut 2 de General Motors et la Nasa, déjà installé dans la station. Sa mission ne sera pas non plus d’effectuer des manipulations dans l’espace comme son lointain cousin Dextre mais de tenir compagnie à l’astronaute japonais Koichi Wakata. Car sa spécialité, c’est d’être capable d’échanger avec un humain (en japonais seulement).

Un robot dédié aux interactions hommes/robot

Robonaut 2 attend de pied ferme le robot japonais dans l'ISSA l’instar des européens, les japonais ont choisi de participer au projet de station internationale en envoyant des missions de ravitaillement. Le 4 août, une fusée H-2B conçue par Mitsubishi Heavy Industries a propulsé dans l’espace les 3,5 tonnes du module cargo HTV-4 (Kounotori 4) contenant de multiples équipements, expériences scientifiques et pièces de rechanges pour la station ainsi que notre Kirobo (contraction du mot Kibo, espoir en japonais, et robot). Haut de 34cm seulement, ce robot a été réalisé les chercheurs du Research Center for Advanced Science and Technology de l’Université de Tokyo avec Toyota Motor et Robo Garage. Les japonais ont même missionné une agence de relations publiques, Dentsu pour représenter sa star. Outre le coup de pub évident pour les participants à l’opération, l’important dans ce projet n’est pas la plate-forme robotique en tant que telle, mais bien les capacités de d’interaction avec l’homme de ce Kirobo.
Celui-ci est équipé d’un logiciel de reconnaissance vocale, peut reconnaître le visage de son interlocuteur et y déceler les principales expressions. Et, par traitement du langage naturel comprendre ce qu’on lui dit. Sa mission est bien là : Kirobo va devoir tenir compagnie à Koichi Wakata, l’astronaute japonais qui rejoindra la station en novembre prochain. De là à imaginer un dialogue entre l’astronaute et Kirobo à l’image de l’échange entre HAL 9000 et Frank, l’un des astronautes de L’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick… Le petit Kirobo aura bien du mal à s’emparer du contrôle de l’ISS, néanmoins il permettra de juger si une intelligence artificielle peut réellement apporter un soutien psychologique à un astronaute lors d’un voyage au long cours.

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Robotique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.