Le discours des dirigeants décrypté par l’analyse des sentiments

StartMeUpL’analyse des sentiments des contenus internet et surtout des médias sociaux est une technique de plus en plus utilisée dans le cadre de l’e-Réputation. Depuis peu, il est aussi possible d’analyser des images et surtout des flux vidéos pour en déduire l’état d’esprit d’une personne. Le français « Start me up »  propose de tels algorithmes d’analyse d’image (voir ci-contre), ainsi que l’américain Emotient, racheté par Apple en début d’année. Merchandising, marketing et publicitaires sont les premiers visés, mais un professeur en finance y a vu un usage inattendu.

5.000 micro-expressions épiées pour évaluer les sentiments de l’interviewé

Peur, colère, dégoût ou surprise, c’est le genre de sentiments qu’un algorithme est capable d’extraire d’un flux vidéo, notamment d’un PDG qui défend les résultats trimestriels de son entreprise. Cette donnée, James Cicon professeur en finance de l’Université du Missouri l’a corrélé avec les données financières de son entreprise : marges, retour sur investissements, mouvements de cours, etc.

Emotient

La détection de sentiments du logiciel Emotient, racheté par Apple en janvier 2016

Le docteur Cicon a fait tourner un algorithme d’analyse des sentiments sur 200 vidéos de PDG d’entreprise du Fortune 500 et la corrélation est avérée : un PDG qui témoigne un certain dégoût lors d’une interview cache en fait un accroissement des profits moyen de 9,3% au trimestre suivant. Au contraire, un PDG qui laisse échapper des signes de peur est annonciateur d’une hausse de l’action dans les semaines à venir. Des résultats paradoxaux mais que les psychologues expliquent. La peur est considéré comme une motivation forte pour le PDG.

L’algorithme mis au point par le Dr. Cicon s’appuie sur les travaux du Dr. Paul Ekman. Dès les années 70, celui-ci définissait un catalogue de 5.000 micro-expressions et, selon le professeur de l’Université du Missouri, l’algorithme aurait une fiabilité de l’ordre de 90%. Ces travaux doivent donner lieu à une publication dans le Journal of Behavioral Finance prochainement, ce qui permettra de valider un résultat particulièrement impressionnant. Performance avérée ou pas, le professeur en finances envisage déjà de passer à l’étape suivante : évaluer la sincérité et la véracité du discours des PDG. Si cette nouvelle variable vient enrichir les algorithmes de trading, c’est à Hollywood que les entreprises vont devoir recruter leur PDG

Source : « Software Detects CEO Emotions, Predicts Financial Performance », 17 février 2016

 

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Développement, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.