L’USAF veut un pilotage monoplace pour ses drones Reaper

MQ-9En dépit des résultats assez catastrophiques de l’action des drones américains dévoilés il y a quelques jours par The Intercept, l’armée de l’air américaine veut réduire ses équipages de drone à un seul et unique pilote. Pourquoi faudrait-il 2 personnes pour opérer un drone et faire ce qu’un pilote de F-16 fait seul dans son cockpit tout en risquant sa vie à chaque vol ? C’est la logique implacable que veut appliquer l’USAF à ses Reaper malgré l’efficacité déjà très discutable de ses frappes de drones. 

1.000 pilotes et 1.000 opérateurs nécessaires pour assurer la permanence de 60 patrouilles

MQ-9-cockpit

Le poste de contrôle d’un drone General Atomics MQ-9 Reaper (Photo: USAF)

L’USAF veut réduire les coûts d’utilisation de sa flotte de drones. Actuellement, il faut un pilote et un opérateur de capteurs pour faire voler un drone de type MQ-9 sans compter les équipes au sol nécessaires aux phases de décollage et d’atterrissage. Comme vient de le révéler le Lt Gen Robert Otto, en charge du personnel de l’ISR (Intelligence, Surveillance et Reconnaissance) de l’Air Force, les 60 orbites de surveillance en continue qu’assure la flotte de drone américain mobilise 1.000 pilotes et 1.000 opérateurs. Réduire cet équipage à une seule personne représentera bien évidemment une économie substantielle pour l’ISR. Encore faudra-t-il à General Atomics de repenser le cockpit déjà très encombré en écrans de tous genres. L’industriel devra aussi aller plus loin dans l’automatisation des vol. Le responsable évoque notamment la capacité de décollage et d’atterrissage automatique du RQ-4 Global Hawk dont il rêverait voir les Reaper et Predator dotés à leur tour. Mais outre cette optimisation des ressources humaines, le Lt Gen Robert Otto évoque une nouvelle approche à plus long terme où les pilotes d’avions de combat, encore eux, pourraient voler avec un drone pour ailier. Les pilotes de F-35 pourront alors tirer les armes portées par le drone.
A l’heure où l’efficacité des drones américains fait polémique, l’USAF songe à supprimer les postes d’opérateurs de capteurs. Un comble.

 

Sources :
« USAF intel chief proposes single-operator MQ-9 cockpit », FlightGlobal, 28 octobre 2015
« The Drone Papers », The Intercept

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Aéronautique, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.