Apps : Pourquoi les grandes entreprises n’y arrivent pas

Mobilité-EntreprisejpgUne étude d’Apigee Institute pointe les difficultés qu’ont les grandes entreprises à développer leurs applications mobiles. 45% d’entre-elles n’atteignent pas leurs objectifs et elles ne sont que 8% à affirmer les dépasser sur tous les plans.

Plus habituées à gérer des projets de plusieurs dizaines de millions d’euros que de développer des apps pour iOS 7 ou Android, les directions informatiques semblent avoir du mal avec les nouvelles règles du jeu où il est question de Cloud, d’API et de mobilité.

Les grandes entreprises ont compris les enjeux de la révolution mobile, mais…

Mobile First ! lançait Eric Schmidt lors du Mobile World Congress 2010, soulignant le basculement de stratégie de Google vers le mobile. 4 ans plus tard, le message a été bien reçu par les entreprises qui ont bien compris que pour aller chercher de la productivité et de la compétitivité, il faut proposer des applications mobiles à ses clients, à ses salariés. 77% des DSI interrogés par McKinsey déclarent aujourd’hui qu’ils ont prévu d’équiper les salariés de leurs entreprises de terminaux mobiles et des apps qui leurs permettront d’accéder aux données de l’entreprise.
DSI-mobilesEntre la volonté de le faire et être capable de délivrer il y a un pas. Seuls 8% de ces DSI semblent avoir trouver cette alchimie. Pour identifier ce qui bloque ces grandes entreprises a délivrer des applications mobiles alors qu’elles sont capables de gérer des méga-projets, Apigee a identifié 5 métriques pour qualifier le succès d’une application. La qualité et les performances de l’application elle-même ne sont véritablement une cause d’échec que pour 11% des entreprises. L’impact de l’application sur le business est cité dans 16% des cas. Le coût de développement de ces apps et le nombre d’applications qui ont pu être développé est considéré comme insatisfaisant par 18% des entreprises. Enfin, le cinquième critère est le plus fréquemment cité, par 28% des entreprises, précisément, c’est le temps de développement. Les grandes entreprises ont bien du mal à passer à la vitesse supérieure.
L’étude cherche enfin à identifier ce qui différencie les entreprises qui réussissent de celle qui n’arrive pas à réussir leur stratégie de développement mobile. Toutes se disent centrées sur le client, data-driven, innovante ou à la recherche de valeur business. Par contre, celles qui réussissent ont quelques mots clés de plus à leur vocabulaire : mobile-centric, cloud-first et surtout une approche Outside-in, c’est-à-dire l’ouverture à l’extérieur. Est-ce là l’ingrédient secret pour réussir l’alchimie du développement mobile ?

Translation : Google Translate

Source :
« Lessons from the App Masters », White paper Apigee, 12 août 2014

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Développement, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.