Des chercheurs donnent à Nao une « mémoire autobiographique »

inserm_autobiographical memory robotImpossible d’envoyer un technicien dans la station spatiale internationale à la moindre panne. Réparer ou remplacer tel ou tel composant peut s’avérer long et délicat, les techniciens devant assister les astronautes pas à pas dans leur tâche. Si ces réparations sont encore trop complexes pour être réalisés par un robot humanoïde, les chercheurs de l’Institut cellule souche et cerveau de Lyon ont imaginé de transformer le Robonaut 2, l’humanoïde en poste dans la station spatiale internationale, en formateur. Le concept vient d’être validé sur terre, sur un petit robot Nao.

Une mémoire des gestes et des situations pour les robots

L’équipe de recherche de Peter Ford Dominey, directeur de recherche CNRS appelle son approche la «mémoire autobiographique». Son équipe de chercheurs issus de l’Institut cellule souche et cerveau de l’Inserm/Université Claude Bernard Lyon 1 ont implémenté cette mémoire qui nous permet de nous rappeler les événements déjà vécus et de les dater dans un robot Nao.

Le Nao, en pleine phase d’apprentissage avec Peter Ford Dominey (Photo : © Inserm/Patrice Latron)

Il suffit de montrer au robot comment effectuer la réparation en le prenant littéralement par la main. Il sera ensuite capable de montrer à un humain comment faire pour mener à bien la réparation.

Le scénario testé dans le cadre du « proof of concept » mené par les chercheurs lyonnais  avec leur Nao consistait en une panne sur une carte électronique. Le scientifique a montré au robot comment réaliser la réparation ce que le Nao puis celui-ci à répété les mouvement stockés dans sa mémoire biographique. Prochaine étape, répéter l’expérience en apesanteur avant de peut-être transformer le Robonaut 2 de l’ISS en formateur spatial. D’ici là, l’approche pourrait bien s’appliquer sur terre, notamment pour servir d’aide-mémoire aux personnes âgées selon les chercheurs.

 

Source : « Un robot humanoïde capable de transmettre des connaissances entre les équipages de stations spatiales », Communiqué de presse CNRS, 3 septembre 2015

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Robotique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.