Robotique et IA, une « disruption » à 33.000 milliards de dollars

AciérieDans un copieux rapport, Bank of America Merrill Lynch a cherché à évaluer l’impact que va avoir la robotique et l’intelligence artificielle dans l’économie mondiale au cours des 10 années qui viennent.

Car si les ventes de robots et de logiciels d’intelligence artificielle représenteront 153 milliards de dollars en 2020, leur impact dans l’économie ira bien au-delà. Les analystes évoquent ainsi une fourchette de 14.000 à 33.000 milliards de dollars.

Le coût du travail pourrait diminuer de 9 milliards de dollars

Robots-DeltaLes analystes de Bank America Merrill Lynch se sont livré à une patiente évaluation sur l’impact qu’allait avoir la robotisation et l’intelligence artificielle  dans l’économie. Une évaluation sur chaque secteur d’activité ainsi que pour 200 grandes entreprises mondiales. Ainsi, les réductions de coûts attendues dans l’industrie et dans le secteur de la santé sont estimés entre 8 et 9 milliards de dollars et les entreprises devraient réaliser 9 milliards de plus sur les coûts de main d’oeuvre, notamment grande à la mise en oeuvre de systèmes d’automatisation basés sur l’intelligence artificielle. Les gains de productivité pourraient atteindre 30% dans plusieurs industries, avec à la clef une baisse des coûts de travail comprise entre 18 et 33%. Alors que 10% des tâches industrielles sont aujourd’hui robotisées, cette part atteindra 45% à l’horizon 2025. Même l’offshore va être pris à son propre jeu. Actuellement, les pays proposant une main d’oeuvre à bas coût arrivent à diviser par 3 le prix d’un temps plein. Avec la robotique, ce coût est divisé par 10, ce qui rend la proposition de ces pays nettement moins séduisante pour les chefs d’entreprise et pourrait bien faire émerger des stratégies de reshoring dans les pays développés.
Quelques chiffres qui traduisent l’impact que vont avoir ces technologies avancées sur le marché du travail.

La finance, potentiellement le plus gros consommateur d’intelligence artificielle

Robot-market-2025---BofA-Merrill-Lynch-Global-ResearchSi on dissèque les chiffres avancés par Bank America Merrill Lynch secteur par secteur, le monde de la finance sera le plus gros utilisateur d’IA, et de loin. L’étude évoque un chiffre de 255 milliards de dollars en 2020 pour l’évaluation basse et de 2.200 milliards pour la haute. Une estimation plutôt imprécise mais qui explique à elle seule les 17 milliards de dollars qui ont été injectés dans les entreprises de ce secteur entre 2009 et 2014. En comparaison, la voiture autonome ne représentera « que » 87 milliards de dollars en 2030.

Dans son rapport « Creative Disruption », publié quelques mois plus tôt, la banque américaine pointe les bienfait d’une telle transformation, que ce soit pour les entreprises qui en seront les moteurs, ainsi que pour les investisseurs. Il souligne aussi que ce que les analystes appellent le « technological employment » reste encore faible. On aimerait les croire.

 

Sources :

« Thematic Investing: Robot Revolution – Global Robot & AI Primer », Bank of America Merrill Lynch, 3 novembre 2015

« Creative Disruption », Bank of America Merrill Lynch, 30 avril 2015

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Robotique, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.