Saint-Gobain déploie un robot collaboratif dans son usine de Sully-sur-Loire

Saint-Gobain a choisi son usine de production de Sully-sur-Loire afin de déployer des robots collaboratifs auprès de ses ouvriers. Les robots vont aider ceux-ci dans une tâches particulièrement pénibles : le polissage de verres spéciaux destinés à l’aéronautique.
Une nouvelle illustration de l’arrivée des concepts de l’industrie 4.0 dans une entreprise vieille de plus de 350 ans.

Un robot qui aide au polissage des vitrages spéciaux

Dédiée à la production de verres spéciaux, le 2 usines de production Saint-Gobain de Sully-sur-Loire dans le Loiret ne produisent que des petites séries. C’est un millier de pare-brise qui sortent des usines de Sully-sur-Loire chaque année notamment pour les avions et hélicoptères fabriqués par Airbus ainsi que pour le Rafale de Dassault Aviation.

Une production à petite échelle de verres très techniques avec, paradoxalement, certaines phases de fabrication qui sont restées manuelles, comme c’est le cas du polissage. Cette tâche demande le savoir faire d’un ouvrier très spécialisées mais elle n’en reste pas moins fastidieuse et pénible. C’est pour assister les opérateurs humains que l’usine s’est doté de robots collaboratifs Universal Robots UR10. Ceux-ci montrent au robot le mouvement à appliquer sur le vitrage et le bras, équipé du capteur de couple Robotiq, répète le geste jusqu’à ce que la vitre soit parfaitement polie.

L’opérateur n’a plus à tenir lui-même l’outil et donc en supporter les vibrations, ce qui est un gain direct sur le plan des troubles musculo-squelettiques. Le ROI sur l’installation de ce robot a été inférieur à un an et la productivité du poste à pu être améliorée de manière significative puisque la même production peut être réalisée en 2 x 8 heures contre 3 x 8 auparavant. L’opérateur reste indispensable au lancement de chaque opération de polissage pour placer le vitrage sur le bâtit puis préparer la surface pour son polissage. Ignacio Sanchez, responsable du Digital Engineering de Saint-Gobain assure que l’objectif n’est pas de réduire le nombre de postes.

 

Source : « Reduce Injuries and Increase Productivity with the FT 300 Force Torque Sensor », Communiqué Robotiq

 

 

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Aéronautique, Robotique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.