Thales Alenia Space produit des pièces bioinspirées pour les satellites Koreasat

koreasatC’est à Cannes, dans le sud de la France que Thales Alenia Space est en train d’assembler les satellites de communication Koreasat 5A et 7. De gros satellites de 3,5 tonnes qui ont été commandés par l’opérateur coréen KT Sat pour délivrer des services d’accès Internet, de transfert de données, de retransmission TV de l’Asie jusqu’au Moyen-Orient. Originalité de ces satellites, ceux-ci disposeront de supports d’antennes produits en impression 3D métal. L’industriel a produit les plus grandes pièces en aluminium amenée à être envoyées dans l’espace réalisées en impression 3D en Europe.

Des pièces bio-inspirées crées en impression 3D, plus légères et moins coûteuses à produire

C’est avec une imprimante de type Xline 1000R de Concept Laser que Thales Alenia Space a réalisé les supports d’antennes des satellites Koreasat 5A and Koreasat 7. Des pièces relativement imposantes puisqu’elles mesurent 45 x 40 x 21 cm. L’imprimante 3D, utilisant un laser de 1 kW sur un lit de poudre a permis de réaliser ces pièces en aluminium. L’imposant bac de la Xline 1000R (63 x 40 x 50 cm) a permis de produire les 2 pièces, identiques sur ces 2 satellites, en une seule fois.  Cette imprimante 3D est l’une des imprimante les plus imposante (et coûteuse) sur le marché et Thales Alenia Space l’a louée auprès de Poly-Shape pour produire cette petite série.

Thales Alenia Space - 3d_printing_koreasat

Les supports d’antennes bio-inspirés produits d’une pièce en aluminium grâce à l’impression 3D. (Photo: Thales Alenia Space)

Outre leur mode de fabrication innovant, ce qui frappe avec ces pièces, outre le fait qu’il s’agit de structures complexes produites d’une seule pièce, c’est leur design. Aucun angle droit, pas de profilés standards, ni d’équerres, mais des formes courbes, non strictement symétriques, presque végétales. Les ingénieurs ont conçu cette structure en appliquant les règles du bio-design. Une nouvelle approche qui, combinée à l’impression 3D a permis de gagner de 1 à 2 mois dans le processus de production, réduire le poids de la pièce de 22% pour une réduction de coût de 30%. Il ne s’agit pas d’une véritable première pour Thales Alenia Space puisque une telle pièce a déjà été produite pour le satellite TurkmenAlem en orbite depuis le mois d’avril 2015. D’autre pièces ont été produite pour Arabsat 6B, un satellite qui doit être lancé en novembre prochain.

Source : « Koreasat 5A and 7 telecom satellites to include the largest 3D printed parts ever made in Europe », Communiqué de presse Thales, 12 octobre 2015

 

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Aéronautique, Impression 3D, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.