Lockheed Martin veut transformer le mythique avion espion U2 en drone

Lockheed-Martin-U2Son premier vol remonte au 1er août 1955 et portant le plus célèbre des avions espions n’est peut-être pas encore prêt à aller à la casse. Lockheed Martin propose en effet de convertir l’appareil en drone, ou plutôt en RPAS et ainsi rivaliser avec le drone de reconnaissance Global Hawk de son rival Northrop-Grumman. Car le U-2 dessiné par le génial ingénieur « Kelly » Johnson et son équipe des Skunk Works fait preuve de performances encore hors du commun même 60 ans après son premier vol.

Un U-2 dronisé pourrait rivaliser avec le RQ-4 Global Hawk

Il est entré dans la légende de l’aviation lorsque Gary Power, lors d’un vol au dessus de l’URSS s’est fait descendre par un missile soviétique. Pour la première fois, l’invincible U-2 avait été intercepté par les Russe après avoir réalisé des dizaines de vols en toute impunité au-dessus de la Russie soviétique, des pays du pacte de Varsovie et de, bien évidemment Cuba.

le projet de RPAS U2 proposé par Lockheed-Martin.

Le projet de RPAS sur base de U2 « Dragon Lady » proposé par Lockheed-Martin.

C’est que cet avion hors-norme, avec un plafond de vol de 70.000 pieds était totalement hors de portée des Mig de l’époque. Même aujourd’hui ses performances surclassent celles de ses concurrents, notamment celles du drone Global Hawk de Northrop-Grumman, son successeur désigné. Une exception toutefois, l’endurance. Le drone peut aligner 24 heures de vol sans broncher alors qu’on peut difficilement demander au pilote de U-2 d’aligner plus de 12 heures de vol, d’autant que le pilotage de ce planeur à réaction est réputé difficile. D’où l’idée de Lockheed-Martin de transformer les U-2 existants en drones, ou plus précisément en RPAS (Remotely Piloted Aircraft Systems), avion piloté à distance. Selon l’article d’Aviation Week qui révèle la proposition de Lockheed-Martin, l’industriel estime à 700 millions de dollars le prix de la « dronisation » des 3 premiers U2 et celui de 2 stations de contrôle au sol.

Les frères ennemis RQ-4 et U-2 (Photo: US Air Force)

Les frères ennemis RQ-4 et U-2 (Photo: US Air Force)

Le coût unitaire serait ensuite compris entre 35 et 40 millions de dollars par appareil. A titre de comparaison, le programme du RQ-4 Global Hawk a représenté un investissement de 13,9 milliards de dollars, pour un coût unitaire supérieur à 210 millions de dollars par appareil. Le Global Hawk, moins coûteux que le U2 à l’heure de vol (2.400 $ contre 3.200 $) perdrait cet avantage face au U2 sans pilote.

L’US Air Force et le Congrès américain se laisseront-t-ils tenter par garder les U2 en vol  suite à cette subtile manœuvre de Lockheed-Martin de savonner la planche du Global Hawk ? Ca semble improbable et pourtant l’USAF vient d’envoyer ses A-10 « Warthog » en Irak, un avion pourtant théoriquement condamné au profit des drones Reaper…

Sources :
« Iconic Cold War Spyplane May Get A Drone Makeover », Popular Science, 26 novembre 2014
« Lockheed Updates Unmanned U-2 Concept », Aviation Week, 24 novembre 2014

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Aéronautique, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.