Uber imagine son futur service de transport de passagers par drones

airbus-a3-vahanaLe projet semble très sérieux. Uber travaille sur un projet de transport aérien bien plus ambition que UberCHOPPER, son service de transport par hélicoptère. Le californien veut utiliser des appareils électriques VTOL, c’est à dire à décollage vertical pour transporter des passagers au cœur des villes. Des avions VTOL pilotés, ou pas.

Des « vertiports » Uber au cœur des villes

Le vertitop, ou le "droneport" du coin de la rue tel que l'imagine Uber.

Le vertitop, ou le « droneport » du coin de la rue tel que l’imagine Uber.

L’approche a de quoi hérisser le poil de tout ingénieurs des ponts et chaussées. Un système de transport via des appareils de type VTOL électrique permettra de remplacer les coûteuses infrastructures routières et ferroviaires avec un moyen de transport non polluant et bien plus rapide grâce à des trajectoires directes et donc bien plus courtes. L’approche proposée par Jeff Holden et Nikhil Goel, les deux membres d’Uber Technologies auteurs d’un copieux rapport sur la question propose donc de remplacer en partie ces infrastructures par des « vertiports » localisés sur les échangeurs d’autoroutes ou les toits d’immeubles. Les chercheurs d’Uber ont calculé qu’avec seulement 25 « vertitops », Uber pourrait assurer 60% des trajets longue distance et 35% à Londres. Si l’approche peut paraître inadaptée pour transporter les centaines de milliers de banlieusards des grandes métropoles, pour Uber, un tel service constituera un service à haute valeur ajoutée complémentaire à ses offres basées sur ses futures voitures autonomes .

Uber a identfié une douzaine de projets VTOL intéressants pour son service

Parmi les projets d'appareils VTOL électriques suivis par Uber, le S2 de Joby Aviation.

Parmi les projets d’appareils VTOL électriques suivis par Uber, le S2 de Joby Aviation.

Uber a identifié une douzaine de projets d’appareils VTOL qui correspondent aux prérequis d’un tel projet, c’est à dire un appareil non polluant, silencieux et pouvant être déployé à très large échelle, à la différence de l’hélicoptère traditionnel. Les VTOL multirotors tels qu’ils sont actuellement à l’étude chez Airbus, Zee.aero, le projet de Larry Page, ou encore l’appareil S2 que prépare Joby Aviation utilisent de nombreux rotors, ce qui permet d’accroître la sécurité de ces appareils et donc les lancer au-dessus des zones urbaines.  Le rapport mentionne les nombreuses barrières qui freinent la mise en place de tels services. La première d’entre elles reste la réglementation aérienne qui n’autorise pas de tels services autour des villes mais il faudra aussi aux constructeurs bénéficier de batteries plus performantes, d’appareil plus efficaces du point de vue énergétique, plus performants et bien moins coûteux. Enfin, il faudra mettre au point un système de contrôle aérien capable de gérer des centaines voire des milliers de drones au-dessus d’une ville.

Ce document ressemble énormément à la fois à un cahier des charges pour les constructeurs d’appareil VTOL mais aussi un message aux autorités pour qu’elles commencent à réfléchir au futur de l’aviation civile. Uber vise 2025 pour lancer son service avec un pilote à bord.

Source : « Fast-Forwarding to a Future of On-Demand Urban Air Transportation », Uber Elevate, 27 octobre 2016

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Aéronautique, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.