La voiture, nouveau champ de bataille pour Apple et Google

Android-in-car2014 devait être l’année de l’arrivée d’iOS dans nos voitures. Google ne pouvait laisser le champ libre à son rival. Avec plus de 80 millions de véhicules fabriqués chaque année dans le monde, pas question de laisser Apple prendre l’initiative sur ce nouveau marché, alors que la voiture se veut de plus en plus multimédia, et surtout communicante. L’information qu’une annonce conjointe Google / Audi allait être réalisée sur le CES a été savamment distillée dans la presse quelques jours avant l’ouverture du salon. Google a su créer la surprise en annonçant une alliance avec 4 constructeurs automobile majeurs et NVidia afin de porter Android dans chaque voiture.

Google coupe l’herbe sous le pied d’Apple

L'annonce de iOS in the car lors du WWDC 2013.

L’annonce de iOS in the car lors du WWDC 2013.

2014 devait être la grande année de l’arrivée d’iOS dans les voitures. Dévoilé par Apple lors du WWDC en juin 2013, ‘iOS in the car’ devait voir l’OS Apple débarquer chez un nombre impressionnant de constructeurs automobiles. Audi, BMW, Ferrari, Ford, Honda, Mercedes-Benz, Toyota, Nissan, pour n’en citer que quelque-uns, tous ont signé avec Apple pour embarquer iOS dans leurs véhicules. Avec Siri, Apple détenait une solution plutôt séduisante pour piloter le système d’infotainment d’une voiture. Sans compter l’image Premium d’Apple toujours bonne à prendre pour un constructeur automobile.

Inutile de dire que du côté de Google, on ne pouvait laisser le champ libre à son rival fruitier. L’annonce d’un accord Google / Audi sur le CES 2014 n’avait donc rien de révolutionnaire, d’autant qu’Audi va probablement jouer sur tous les tableaux, en fonction des modèles, des options. Google a donc surpris son monde en annonçant la création d’une alliance ‘ouverte’, aux antipodes de la stratégie Apple qui mise plus sur l’exclusivité que l’ouverture.

Le iQon de Saab, précurseur d'Android dans la voiture.

Le iQon de Saab, précurseur d’Android dans la voiture.

L’Open Automotive Alliance regroupe lie Google, son allié hardware NVidia à Audi, General Motors, Honda, Hyundai. Certes Google a convaincu le numéro 1 mondial à jouer la carte Android, mais sa liste est nettement moins étoffée que celle qu’affichait Apple il y a 6 mois de cela. Google part avec retard dans la conquête de la voiture connectée, mais nul doute qu’avec sa puissance technique et financière et celle de l’écosystème Android laisse présager l’arrivée d’une vague de voiture motorisée à l’Android dans les années à venir.  Reste à voir si la première victime de ce bras de fer ne sera pas l’autre Linux pour Automobile, Genivi. PSA et Renault, qui misent sur le système libre ne figurent encore ni dans le clan iOS, ni dans celui d’Android. Peut-être devront-ils changer leur fusil d’épaule d’un jour à l’autre…

Commentaires Facebook
Twitter Facebook Plusone Pinterest Linkedin
Ce contenu a été publié dans Automobile, Développement, Logiciel embarqué, Mobile, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.